07 juin 2016

l'atelier

J’ai voyagé en enfance. On pourra aisément me faire remarquer que ce n’est pas la première fois. Évidemment. Même si la maison qu’habitaient autrefois mes grands-parents est méconnaissable, crépie comme elle l’est dans un ton légèrement rosé, je voyage forcément en enfance dès l’instant que je me trouve dans les parages. J’ai du mal à me souvenir de l’apparence du jardin autrefois. À dix ans, le sujet ne m’intéressait pas, d’autant qu’il fallait traverser la cave pour s’y rendre. Un périple effrayant dans l’obscurité et les toiles... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:29:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2016

le Petit José

J’étais tout gamin, j’avais quoi, dix ans peut-être. Je revois mon grand-père, assis sur une chaise ordinaire, devant son bureau (qui est devenu par la suite le bureau de mon père), ayant pris soin d’avoir suffisamment de recul pour accueillir mon cousin sur ses genoux. Je le revois heureux comme tout, murmurant les choses qu’on raconte habituellement aux gamins, en français ou en alsacien, ça je ne m’en souviens plus. Je me rappelle surtout que, pour lui, mon cousin était « le Petit José ». J’ignore pourquoi il lui avait... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:09:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 mai 2016

Romain Rolland

Parfois j’habite rue Romain Rolland. Habiter une rue portant le nom d’un écrivain est une satisfaction pour le grand lecteur que je suis. D’autant que certaines des plaques émaillées un peu vieillottes qui jalonnent la rue indiquent « Romain Rolland, écrivain du peuple ». Je n’aurais certes pas apprécié qu’on nomme la voie de manière ostentatoire du nom d’un écrivain des riches ou d’un écrivain des rois. Écrivain du peuple me convient à ravir. Je crois, à mon grand dam, que je n’ai jamais lu une ligne de Romain Rolland. Ou... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:51:18 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
20 avril 2016

oiseau de légende

En Catalogne, nous avons visité les vestiges d’une cité ibérique, à quelques encablures de la mer. Le commentaire échappé des audio-guides, dit (en français, dieu merci, et j’ignorais jusque-là que j’utiliserais un jour un engin de cette sorte) par un des archéologues du site, était ma foi fort intéressant et nous faisait déambuler à petite vitesse dans le dédale des ruines. Je ne sais pas si je me souviendrai de tous les détails concernant les murailles, les silos à grains, les fouilles horizontales ou verticales. Peu importe. Sur le... [Lire la suite]
Posté par philg à 17:04:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 avril 2016

gato barbieri

Ce matin, pendant que je me range sur le parking de la gare, j’entends à la radio l’indicatif d’une émission disparue depuis longtemps. Enfin je suppose, parce que même si je n’ai jamais écouté cette émission, je sais que l’animateur en est décédé depuis quelques années. On nous incite à deviner l’auteur de ces quelques notes de saxophone et, sans spécialement connaître le morceau dont elles sont tirées, je suis tout fier de savoir répondre, car un tel son est identifiable entre tous, une musique que, dans mon imagerie personnelle,... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:23:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
08 mars 2016

en suivant le courant

Ancré dans un samedi frais, je suivais le courant. La radio annonçait de la neige et des bourrasques, ailleurs, pas toujours très loin. Si on y ajoutait le va et vient habituel des vacanciers à cette saison, la route pourrait s’avérer difficile pour certains automobilistes malchanceux. Je n’étais pas concerné. J’en étais bien aise. Hormis quelques giboulées, il faisait beau. Je suivais le courant. C’est quelques jours plus tard qu’il me vient à l’esprit que j’étais ancré dans quelque chose et qu’en même temps je suivais un courant.... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:04:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 février 2016

pléonasme

Je n’aime pas la neige. Sans doute ai-je depuis longtemps perdu une partie de mon âme d’enfant. Je n’ai même plus l’idée de regarder par la fenêtre du bureau en plein mois de mai pour m’exclamer ensuite, oh, il neige ! Quel plaisir de voir alors toutes les têtes se tourner bêtement vers l’extérieur. Non, habituellement je n’aime pas la neige. Notamment lorsqu’elle menace de recouvrir la route, rendant périlleux le moindre déplacement. Je sais, on va m’objecter que le ski c’est rigolo, la luge aussi. Certes. Personnellement, et... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:54:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 février 2016

les baraques (suite)

  Les baraques des charbonniers     Le chêne à voeux   Les arbres "Greco"
Posté par philg à 17:00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2016

les baraques du 14

À travers la vitre sale du wagon, je vois des arbres. Des peupliers plantés en rangées régulières, décharnés par l’hiver, certains abattus par une ancienne tempête. Éclairés par le couchant, se détachant ainsi en harmonie sur le fond sombre du coteau, ces arbres m’en rappellent d’autres, il suffit de peu, et le voyage ferroviaire est propice à la rêverie. Nous étions venus en forêt. Si ma mémoire est bonne, le temps était doux pour décembre, mais l’humidité ambiante nous incitait à garder les manteaux fermés. Nous enfoncions un peu... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:08:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 janvier 2016

l'hymne soviétique

Il s’agit du début d’un film. Alignés sur deux rangées, des gens dansent sur une estrade, au son d’une musique bruyante, du genre de celles qui me font mal aux oreilles. Quelque chose m’intrigue, sans que j’y prête une attention démesurée. À la fin du film, deux heures plus tard, la même musique, un décor extérieur, par temps neigeux. Une femme danse, seule. La femme qui se trouvait au centre de l’écran au début du film, celle autour de qui toute l’histoire s’articule. Elle est censée avoir quarante ans de plus. Et il y a toujours un... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:59:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]