08 août 2011

église et chapelle

À chaque virage nous découvrons un nouvel horizon. Cela nous fait un vertige d’horizons. Les lauriers roses et les bougainvillées forment des balises de couleur.   Quelque part avant d’arriver à Viannos, nous découvrons ce qui ressemble à un monument commémorant la résistance. À quoi les gens du coin ont-ils résisté ? Nous ne saurons pas. Nos guides n’en parlent pas, et les inscriptions en grec sont pour nous illisibles.   Où qu’on soit sur cette île, où qu’on porte le regard, c’est bien rare qu’on n’aperçoive... [Lire la suite]
Posté par philg à 21:38:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 août 2011

bleu

Tu dis toujours que le bleu n’est pas ta couleur. Tu dis que tu n’aimes pas le bleu. Pourtant dans ma mémoire, Myrtos est bleu.   Le bleu de la mer, et celui de l’horizon (on n’aperçoit toujours pas la Libye, il n’y a pas de raison qu’on l’aperçoive, trois cent kilomètres au ras des vagues, c’est trop loin pour ça). Le bleu de l’ombre bleue du figuier. Comme disait le chanteur ardéchois.   Je crois me rappeler que nous sommes assis sous un auvent orange. Nous sirotons notre jus d’orange quotidien. C’est une habitude... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2011

côte sud

Plus nous avançons, moins la circulation est dense. Nous longeons la côte. Ce n’est pas encore le sud. Nous faisons une halte. Une baie. Du bleu. L’horizon est bleu, les sommets nimbés de brume, et l’îlot devant, bien distinct. Nous n’irons pas jusque là-bas, nous bifurquerons avant. Vers le sud.   À nos pieds, une plage. Quelques baigneurs dans l’eau. Une femme fait la planche. Immobile. L’eau est si claire que je distingue nettement son ombre sur le fond. Cette eau nous fait envie. Au loin on distingue une ligne blanche... [Lire la suite]
Posté par philg à 23:00:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 juillet 2011

la comète

Quel jour choisir de raconter ? Samedi ou dimanche ? Lequel est le plus beau ? Nos mains enlacées. Nos regards. L’émotion. Je me sens bien. Je suis avec Elle.   La ville a du mal à se départir de sa chape de nuages gris. Par chance il ne pleut pas. Mais nous sommes prévoyants et pourvus d’un parapluie. Sur le parapluie noir, il y a des dessins blancs, ou des inscriptions. À dire vrai je ne me souviens plus. C’est que je ne déploie pas souvent un parapluie. Le blanc se colore au contact de la pluie, c’est très... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:16:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
18 juillet 2011

les gens en noir

Ce jour fut un jour faste. Les découvertes, heureuses, s’enchaînaient à merveille. Au moment d’entrer dans Tzermiado, nous suivions un car.  Et voilà que le véhicule devait manœuvrer interminablement afin de négocier les angles de la rue étroite.   Devant les portes des maisons, des gens en noir se tenaient assis en nous observant. Je veux dire, ils observaient le passage, pas nous en particulier. Beaucoup de crétois portent du noir. C’est la couleur du deuil, ici comme ailleurs. Un deuil personnel, souvent, mais... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2011

transporter les mots

Voici un an. Jour pour jour. Je transportais mes mots.   Transporter. Mûrir. Délivrer. Les mots. Évidemment.   Mais il ne s’agit pas de ça. Le 15 juillet de l’année dernière, je me souviens parfaitement qu’il faisait frais. Parce que les orages de la veille. C’était aussi bien. Transporter des mots dans la fraîcheur, ça évite de transpirer désagréablement.   Nous nous étions assis dans le jardin du Luxembourg. Nous avions profité de ces chaises grisâtres disposées ça et là au hasard, au gré de l’humeur des... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:15:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

12 juillet 2011

déjeuner à la campagne

À Agios Georgios, nous avons désespérément cherché quelque chose qui ressemble à un parking. Rien dans une direction. Demi-tour. Rien dans l’autre. Nous stationnons donc le long du trottoir. La partie droite de la voiture est à l’ombre. C’est mieux que rien. Ça tombe bien, même, les bouteilles d’eau sont sous le siège de droite. Chaque matin avant de partir, nous achetons une bouteille d’eau plate et une bouteille d’eau gazeuse dans la même boutique. Et aussi des timbres. Et des biscuits apéritifs. À la fin de la semaine, la vendeuse... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:47:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 juillet 2011

la galet

Tu ne le sais peut-être pas, mais le galet. Tu vois. Il ne quitte guère mon sac.   Je pense à lui à cause de mots lus ailleurs. Je n’ai pas peur. Je vérifie par acquis de conscience. Mais je sais qu’il est là. Dans mon sac.   Ton galet.   Il est des jours, Il est des vues, Il est des couleurs,   Il est des larmes,   Que l’on n’oublie jamais.   Il y avait un peu de vent. Comme toujours en bord de mer. Nous marchions côte à côte. Main en main. Après que tu t’étais agenouillée face aux... [Lire la suite]
Posté par philg à 17:29:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 juillet 2011

le banc et l'arbre

Un jour naquit une histoire. Il était question d’un arbre et d’un banc. L’un abritant l’autre. L’arbre était jeune. Pas étique, juste jeune. N’empêche que son ombre ne pouvait suffire à abriter d’éventuels palabres ayant lieu sur le banc. Pourtant l’histoire s’intitula l’arbre à palabres.   Le banc est vrai. L’arbre aussi. Et son ombre frêle. Seuls peut-être les palabres…   Pourquoi s’échiner à inventer un décor lorsque la réalité suffit à nourrir l’inspiration ? Je regarde le banc sous son arbre. Il me... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2011

la grotte de zeus

Il paraît qu’il est né là, le bougre. Je n’ai rien inventé. C’est écrit dans le livre que j’ai acheté pour me documenter. Le problème, c’est que dans le livre, il est aussi écrit qu’il est né ailleurs. Et encore ailleurs. Mais là, c’est l’ailleurs le plus important. Si j’ai bien compris les diagonales de ma lecture dilettante.   L’île regorge de grottes ayant vu la naissance de Zeus. Zeus est plusieurs. J’imagine.   J’ignore sur quoi se fonde la célébrité de la grotte. Parce qu’apparemment elle est célèbre, n’est-ce... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:57:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]