13 août 2011

lourdes

Nous aurions pu aller voir Lourdes. Nous ne l’avons pas fait. Nous étions en villégiature à 80 kilomètres et des poussières. Nous aurions pu. C’était dans la balance. Nous avons préféré, peut-être à tort, et peut-être me suis-je montré un peu directif à l’occasion, un sentier improbable que nous n’avons d’ailleurs pas trouvé, quelque part dans une montagnette ravitaillée par les corbeaux où, paraît-il, on avait procédé à un lâcher d’ours. Nous n’avons pas trouvé le sentier requis, nous n’avons pas aperçu le moindre ours, ce qui... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:57:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

11 août 2011

rouler à l'aventure

Agios Nicolaos est une jolie ville. Mais envahie par les touristes. Alors nous ne l’aimons pas beaucoup. Heureusement les barques de pêche rivalisent de couleurs pimpantes. Elles occupent le pourtour d’un curieux lac intérieur relié au port par un chenal. Sa profondeur est abyssale, paraît-il.   A Elounda, c’est la même chose. Nous nous concentrons sur la vue des bateaux de pêche. Le reste ne présente pas beaucoup d’intérêt. Sauf la presqu’île de Spinalonga qui nous fait face, tandis que nous dégustons une crème glacée à la... [Lire la suite]
Posté par philg à 23:21:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 août 2011

spaghetti

Derrière les hauts murs du village fortifié. Derrière le passé. Cette jeune femme, dans son atelier, qui fabrique des bijoux en verre filé. Verre filé ? Je la vois s’emparer d’une baguette noire du format d’un spaghetti. Elle fait fondre la chose au chalumeau sur une boule de verre déjà en fusion. Les couleurs ne se mélangent pas, explique-t-elle. Même si en fusion. Elle explique. Nous écoutons. Toi surtout. Moi je survole, comme d’habitude. Je m’imprègne. Et puis je te regarde être attentive aux gestes sûrs et aux paroles... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:52:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 août 2011

l'ami ricoré

Je suis assis à la table du dehors, devant la maison, à l’ombre du mûrier. C’est une table banale, en plastique blanc. Les chaises sont tout aussi banales. Du même bois. Rien de bien poétique donc.   Je rêvasse. Je me laisse aller à admirer la saturation des couleurs qui m’entourent. Le vert cru du feuillage. Le ciel. Il a plu récemment, voilà pourquoi la saturation. Il y a des champignons dans la forêt, paraît-il.   Je rêvasse. J’aime assez cette maison. C’est un gîte rural. Elle ne vit plus que pour les... [Lire la suite]
Posté par philg à 11:04:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
08 août 2011

église et chapelle

À chaque virage nous découvrons un nouvel horizon. Cela nous fait un vertige d’horizons. Les lauriers roses et les bougainvillées forment des balises de couleur.   Quelque part avant d’arriver à Viannos, nous découvrons ce qui ressemble à un monument commémorant la résistance. À quoi les gens du coin ont-ils résisté ? Nous ne saurons pas. Nos guides n’en parlent pas, et les inscriptions en grec sont pour nous illisibles.   Où qu’on soit sur cette île, où qu’on porte le regard, c’est bien rare qu’on n’aperçoive... [Lire la suite]
Posté par philg à 21:38:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 août 2011

bleu

Tu dis toujours que le bleu n’est pas ta couleur. Tu dis que tu n’aimes pas le bleu. Pourtant dans ma mémoire, Myrtos est bleu.   Le bleu de la mer, et celui de l’horizon (on n’aperçoit toujours pas la Libye, il n’y a pas de raison qu’on l’aperçoive, trois cent kilomètres au ras des vagues, c’est trop loin pour ça). Le bleu de l’ombre bleue du figuier. Comme disait le chanteur ardéchois.   Je crois me rappeler que nous sommes assis sous un auvent orange. Nous sirotons notre jus d’orange quotidien. C’est une habitude... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2011

côte sud

Plus nous avançons, moins la circulation est dense. Nous longeons la côte. Ce n’est pas encore le sud. Nous faisons une halte. Une baie. Du bleu. L’horizon est bleu, les sommets nimbés de brume, et l’îlot devant, bien distinct. Nous n’irons pas jusque là-bas, nous bifurquerons avant. Vers le sud.   À nos pieds, une plage. Quelques baigneurs dans l’eau. Une femme fait la planche. Immobile. L’eau est si claire que je distingue nettement son ombre sur le fond. Cette eau nous fait envie. Au loin on distingue une ligne blanche... [Lire la suite]
Posté par philg à 23:00:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 juillet 2011

la comète

Quel jour choisir de raconter ? Samedi ou dimanche ? Lequel est le plus beau ? Nos mains enlacées. Nos regards. L’émotion. Je me sens bien. Je suis avec Elle.   La ville a du mal à se départir de sa chape de nuages gris. Par chance il ne pleut pas. Mais nous sommes prévoyants et pourvus d’un parapluie. Sur le parapluie noir, il y a des dessins blancs, ou des inscriptions. À dire vrai je ne me souviens plus. C’est que je ne déploie pas souvent un parapluie. Le blanc se colore au contact de la pluie, c’est très... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:16:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
18 juillet 2011

les gens en noir

Ce jour fut un jour faste. Les découvertes, heureuses, s’enchaînaient à merveille. Au moment d’entrer dans Tzermiado, nous suivions un car.  Et voilà que le véhicule devait manœuvrer interminablement afin de négocier les angles de la rue étroite.   Devant les portes des maisons, des gens en noir se tenaient assis en nous observant. Je veux dire, ils observaient le passage, pas nous en particulier. Beaucoup de crétois portent du noir. C’est la couleur du deuil, ici comme ailleurs. Un deuil personnel, souvent, mais... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2011

transporter les mots

Voici un an. Jour pour jour. Je transportais mes mots.   Transporter. Mûrir. Délivrer. Les mots. Évidemment.   Mais il ne s’agit pas de ça. Le 15 juillet de l’année dernière, je me souviens parfaitement qu’il faisait frais. Parce que les orages de la veille. C’était aussi bien. Transporter des mots dans la fraîcheur, ça évite de transpirer désagréablement.   Nous nous étions assis dans le jardin du Luxembourg. Nous avions profité de ces chaises grisâtres disposées ça et là au hasard, au gré de l’humeur des... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:15:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]