17 novembre 2015

lentement

Tout à l’heure, je suis monté en ville pour poster du courrier. J’allais lentement. À mon rythme, mais lentement. Ou à mon rythme, donc lentement. Bref, depuis deux semaines, j’ai un peu l’impression de tourner en roue libre, de me laisser porter. Les passants me dépassaient. Les passantes aussi. À un moment, je me suis surpris à marcher, toujours lentement, mais les yeux rivés au sol, le regard empli de quelques mètres de pavés, rien de plus, et je pouvais toujours croiser quelques connaissances, je n’en saurais sûrement rien. Cela... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:52:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

09 novembre 2015

chagrin

Nous sommes au bord d’une route escaladant les flancs du Lozère. Septembre agite doucement ses herbes folles et les fruits vermillon aux branches des sorbiers. Je me tiens au côté de mon père. Nous tentons vainement de nommer chaque sommet émergeant des lointains bleutés. Nos souvenirs sont trop anciens. Plus de quarante ans ont passé. C’est à peine si nous reconnaissons, tel un Fuji-Yama méridional, la masse trapue du Ventoux. Nous ne saurons jamais. Jamais nous ne nous pencherons ensemble sur les cartes et les boussoles.   ... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:06:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 septembre 2015

table d'orientation

Je me souviens d’un lundi de septembre. C’était il y a deux ans. J’en suis sûr, bien que j’aie souvent du mal avec la chronologie des souvenirs, tout simplement parce que c’était l’année de leur anniversaire de mariage. Soixante ans, voire un peu plus, de vie commune, ce n’est pas rien. Je crois qu’il s’agissait d’un lundi. Je ne suis pas sûr. Et j’ai la flemme de vérifier dans mes fichiers la date des photos que j’ai prises ce jour-là. À cet endroit-là. Car en effet le lieu n’est pas pour rien dans le caractère obsessionnel avec... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:46:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 septembre 2015

les joints du carrelage

Un jour j’apprendrai à marcher exprès sur les lignes du carrelage. On me tiendra la main, on me guidera. Pour cela j’aurai besoin d’air. Je goberai de grandes goulées d’oxygène et j’avancerai à petits pas, m’appuyant sur un bras solide, celui qui m’aide jour après jour à mettre un pied devant l’autre. Je braverai les interdits. J’éprouverai la douce sensation d’une transgression. Oui, car je me souviendrai qu’enfant, c’est-à-dire hier, (ou tout à l’heure, il n’y a pas de différence, les évènements se télescopent dans le prisme du... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:54:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
22 juillet 2015

canicule

Quelques jours ont passé, pas loin d’une semaine. Ma vision est devenue un peu irréelle, rien de plus naturel. Devant nous, à gauche de la route, s’étendait un champ. Un banal champ du Val d’Amour, près duquel j’étais déjà passé mille fois. Qu’on ne me demande pas l’origine de ce nom charmant pour désigner la basse vallée de la Loue, je n’en sais rien. Le champ semblait écrasé par la chaleur, le chaume incandescent, dès cette fin de matinée. Ma perception était altérée par la présence de la climatisation dans la voiture. J’ai... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:21:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 mai 2015

jean

Il chassait le perdreau, le faisan et tout ce que les haies offraient en matière de petit gibier à plumes ou à poil. Parfois je l’accompagnais. Seul, rarement. Avec toi, souvent. Je portais la musette. Si l’occasion se présentait, je ramassais des champignons, ou je mordais dans des pommes à cidre toutes en fraîcheur à cause de la rosée. Il arrivait même que je cueille de ces grosses grappes de noah en passant dans la vigne à Joseph, dont les grains prenaient en bouche une consistance bizarre et dont le goût évoquait l’éther. Bref, la... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 janvier 2015

les larmes aux yeux

J+4. Quatre jours après le jour de Charlie, il fait un temps superbe. Un temps à se balader dans la campagne, et tant pis pour l’eau des flaques et la gadoue. Oui mais. Ce dimanche, c’est jour de manif. La Petite téléphone pour savoir si nous y allons et, le cas échéant, si elle peut nous y accompagner. Peut-être et oui. Nous ne savons pas encore si nous voulons aller manifester une troisième fois pour Charlie. Il faut prendre la voiture, venir en ville, trouver à se garer… Bref. Nous y allons. Bien sûr, nous y allons. Nous retrouvons... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:36:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
09 janvier 2015

manif pour charlie

Le jour de Charlie, nous nous rendons sur la place d’Armes. Un rassemblement y est organisé à 18h00, à l’appel du club de la presse local. Il est presque l’heure. Nous remontons la rue d’un pas pressé, pas question d’être en retard. Vous me direz, être en retard à une manif, quelle importance ? Et bien si. L’heure, c’est l’heure. Cela ne se discute pas. À une centaine de mètres de la place, nous percevons une sorte de clameur. J’en suis soulagé, car j’avais peur qu’il n’y ait personne. En toute humilité, je doutais que même... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2015

charlie

Le jour de Charlie, j’ai publié sur ce carnet un message de joie, puisque c’est la vocation de ce blogue, d’égrener les petits bonheurs du quotidien. C’était avant Charlie. Ou du moins avant que j’apprenne ce massacre insensé. Sinon je n’aurais rien publié. Quand ma peine est trop grande, je me tais. Me taire ? Mais c’est bien ce que veulent les salopards, les haineux et les fanatiques. Que nous nous taisions. Que se taisent tous ceux qui tiennent une plume, un stylo ou un clavier. Alors NON. Mon devoir de modeste auteur,... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:11:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 décembre 2013

la croix

Chacun porte une croix. Moi comme les autres. Je croule sous la charge. Mes vertèbres le crient. Vingt heures passées. La maison, enfin. Dans la cheminée, il faudra ranimer la flambée. Au passage, on récupère le courrier dans la boîte aux lettres. Trier les nouvelles. À gauche les bonnes, à droite les mauvaises. C’est vite fait. Les tas sont insignifiants. J’ai reçu un chèque. Mon compte va sourire. Fausse alerte. On m’a déjà payé il y a un mois, c’est une erreur. La fatigue m’étreint. Je ne rêve que de deux choses. Un dîner frugal,... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:27:18 - - Commentaires [5] - Permalien [#]