23 juillet 2008

chaise longue

Les chaises longues n’ont pas été rangées. Devant la porte de la cuisine, dans l’ombre du cerisier, elles me tendent les bras. Si je puis dire. Le curry d’agneau mijote depuis déjà deux heures. Je me réjouis à l’avance à l’idée que la viande se détachera très facilement des os et sera fondante à souhait. J’ai éteint le gaz sous la poêlée de légumes aux céréales, une trouvaille bien sympathique à l’accent estival. Le vin blanc est au frais. Les invités se font attendre. Je peux alors céder à la tentation de quelques minutes de détente.... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:56:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 juillet 2008

parfum d'herbe

Le soleil a disparu derrière l’horizon. Mu par une fascination enfantine, je regarde la braise qui rougeoie encore sur la surface cimentée cernée de briques dont je me sers pour faire les grillades. Et voila que soudain je suis assailli par l’odeur, vous savez un de ces moments fugitifs qui distillent des frissons de plaisir et allument des flashes de souvenirs. Ça sent le foin. Plus exactement l’herbe récemment coupée. C’est normal, j’ai tondu la pelouse, et les voisins ont fait de même. C’est joli, une pelouse... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:20:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 juillet 2008

voyager

Dans le bleu métallique du crépuscule, un avion minuscule trace son sillage. Je rêve et en même temps je ne rêve pas. Ma soif de lointains s’est estompée depuis longtemps. Il fut un temps, pourtant, où tout était possible, où l’avenir pouvait être fait de navigation sur des mers chaudes habitées de frêles esquifs menés par des gens souriants. L’avenir parlait arabe ou espagnol. L’idéal est souvent ensoleillé et souriant. Il fut un temps, celui de l’adolescence. Mais je préfère les quais aux bateaux. Je préfère... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:42:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
01 juillet 2008

été

L’alouette chante Le blé limpide est criblé Stigmates de l’orage
Posté par philg à 13:33:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
30 juin 2008

combats aériens

Retour de marché : les heures chaudes. Le repas se termine dans l’ombre clairsemée du cerisier. Il n’y a que là qu’on puisse tenir lorsque la chaleur se fait cruelle. Envie que le temps ralentisse. Envie que les membres s’assouplissent sous l’effet d’une décontraction méritée. Je sirote le fond de ma tasse de café. Je me détends. Je relâche encore un peu mon assise. De ce fait je suis tenté de contempler le ciel. Une large tranche d’un beau bleu se découpe entre le feuillage épars du cerisier et la frondaison du noyer... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:14:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 juin 2008

futile

Le jour Où mon crayon a cessé de noircir Des feuilles blanches Il neigeait J’allais Comme un zeppelin Pris dans la tourmente J’avais le vertige Le monde s’effondrait Il convenait De lâcher du lest De se débarrasser De l’inutile Et du futile Comme les crayons Et les feuilles blanches Et les mots tracés.
Posté par philg à 08:44:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 juin 2008

demain il pleuvra

Il est des instants, rares, où j’éprouve le sentiment inhabituel d’être immobile, d’avoir enfin posé mes valises. Des instants rares et brefs. J’ai encore en tête l’image d’une vieille ferme réhabilitée, perdue au milieu de nulle part. Une route minuscule y mène, qui s’élève un peu au dessus de la vallée. On a fauché les bords pour la circonstance. La vieille ferme a été transformée en atelier d’artiste. C’est jour de porte ouverte. Le maître des lieux est-il celui qui occupe le plus de place, dans un immense hangar de... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:37:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
11 juin 2008

en forêt

Nous faisions de longues promenades dans la forêt. Le vent des cimes agitait doucement les flèches des épicéas, comme une promesse de fraîcheur qui ne venait pas. En bas, sur le chemin poussiéreux, nous transpirions parmi le vrombissement sourd et incessant des insectes. Parfois nous atteignions la zone des prairies aux milliers de fleurs où paissaient des vaches noires et blanches. Une vague angoisse m’étreignait si d’aventure on trouvait des bouses fraîches sur le chemin, qui pouvaient prouver que l’une ou l’autre s’était... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:51:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 juin 2008

brochet

Voici quelques mois, on m’a donné un brochet. Dit comme ça, ça sonne alléchant, n’est-ce pas ? Pourtant, que va-t-on faire de ça, gémissait Elle. Cette idée ! Le manger, bien sûr, m’enhardissais-je à répondre aussitôt. En voilà une perspective enthousiasmante. Sauf que. Quand et avec qui ? J’ai eu de la chance, notez, parce que lorsqu’on nous a donné la bête, elle était déjà lovée dans le sac en plastique transparent qui va bien. Vidée. Prête à cuire (pensais-je). Avant de le jeter négligemment dans le congélateur,... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:33:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
31 mai 2008

variation sur un dolmen

Il faisait beau. Et doux. Moins doux que la veille, certes, mais quand même cela valait la peine de marcher un peu. J’ai proposé aux enfants la promenade qu’ils affectionnent. Justement ils l’avaient réclamée l’après-midi d’avant, mais j’avais préféré prendre la voiture et leur montrer un endroit qu’ils ne connaissaient pas encore. Ils avaient ronchonné par principe. Mais par la suite ils étaient contents : ils avaient vu des grenouilles. Voila donc que ce jour-là, le lendemain des grenouilles, ils renâclaient... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]