05 février 2009

pause café

C’était l’heure de la pause café. Alors j’ai farfouillé dans le tiroir de mon bureau à la recherche de pièces de monnaie, il y a un petit casier exprès où je les stocke. J’ai temporisé un peu avant de me rendre à la machine à café qui arbore une pose hiératique dans un coin sombre du couloir. Parce que figurez-vous que mon attention a été attirée par une pièce plus brillante que les autres, une pièce de dix centimes. Je l’ai examinée sous toutes les coutures et j’ai constaté qu’il s’agissait d’une pièce française mise en circulation... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:28:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 février 2009

cadfael

Un nouveau blog a élu domicile dans la liste des liens amis, celui de Cadfael : AU FIL DES MOTS
Posté par philg à 19:47:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 février 2009

mont pipeau

Au sommet du mont Pipeau s’étendait un petit bois, au milieu duquel se dressait le château d’eau de la ville. Plus bas, un quadrillage de petites rues rectilignes desservait des pavillons de meulière. Je me souviens de ces rues : bombées au milieu, un revêtement fatigué dans les tons clairs, des caniveaux pavés le long des trottoirs aux lourdes bordures de grès. Comme les trottoirs, non goudronnés ni cimentés, étaient souvent boueux, il nous arrivait de marcher sur la route. Parfois je déposais de menues brindilles dans le... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:10:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 février 2009

abolition

J’ai regardé un film à la télé intitulé ainsi, l’abolition. Il relate l’action de Robert Badinter pour faire abolir la peine de mort. Le premier volet de cette fiction est consacré à sa défense de Roger Bontemps, condamné à mort pour avoir tué, en compagnie d’un autre détenu, une infirmière et un gardien lors d’une tentative d’évasion malheureuse. Le condamné était-il coupable du meurtre de l’infirmière (celui du gardien étant imputé à son comparse) ? Le film semble affirmer que non, et je ne me souviens plus de l’affaire, si... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:04:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2009

manifestation

Le sentier serpente à l’ombre des aulnes et des peupliers qui bordent la rivière. Un radieux soleil se mire dans l’eau verdâtre, faisant ainsi oublier la fraîcheur hivernale. Le flot a retrouvé son calme habituel, on a oublié la menace d’une crue possible. De ci, de là, des canards s’ébrouent en cancanant. Mais hâtons le pas, nous ne sommes pas là pour poétiser. Autour de nous des groupes se pressent, armés de banderoles et d’oriflammes encore sagement roulés autour de leurs manches de bois. Cette promenade-là, entre les... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:14:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 janvier 2009

sur le port de caen

J’étais comme un marin sans boussole. Je portais à l’épaule un sac contenant la petite sacoche noire, elle-même contenant la précieuse acquisition que nous venions de faire Je marchais sur le quai. Je me souviens qu’il faisait gris et venteux. J’étais seul. J’avais du temps devant moi, un temps que je m’étais approprié, même si je n’étais pas maître des circonstances qui voulaient que je fusse là et non ailleurs, dans mon bureau par exemple. Le pavé humide était plus ou moins glissant. Sur l’eau grise les embarcations... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:26:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

27 janvier 2009

bologne

Un enchaînement de circonstances qu’il importe peu de dire ici fait que j’ai pris un volume au hasard sur l’étagère aux poésies, et c’était le « Terraqué » d’Eugène Guillevic. Ce n’est pas le genre de texte qu’il est nécessaire d’entamer au début. Il n’est pas non plus nécessaire de tourner les pages dans l’ordre. C’est pourquoi j’étais tenté de l’ouvrir à n’importe quelle page pour y lire quelques fragments. Puisqu’il est fait de fragments sans liens entre eux qui soient d’une logique irréfutable. Le livre s’est ouvert donc, là... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:24:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 janvier 2009

le mur gris

Enfants, notre domaine était le jardin. En cela notre famille ne différait sans doute pas du commun. On nous avait appris à respecter les pelouses. (Respecter les pelouses : quel formule inepte emploie-je là, lue et relue, à n’en pas douter, sur les petits panonceaux qui rappellent aux promeneurs que dans les squares et les jardins publics, un tas de choses sont interdites.) Quoi qu’il en soit on nous avait appris à respecter pelouses et cultures, et tout jeunes nous savions que par là nous respections le travail de notre... [Lire la suite]
Posté par philg à 21:46:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 janvier 2009

terraqué

Je lisais les mots du poète Alors se levait en moi Le désir de rester Tranquille Un rayon de soleil Matinal baignait Le bol Et je voulais jouir de cet instant magique du petit déjeuner les jours de repos ; c’était une image bien sûr, car à moins d’avoir connu le fait dans je ne sais quelle villégiature de vacance maintenant oubliée, jamais, au grand jamais le soleil ne vient illuminer la table matinale, la cuisine est exposée au nord. C’est à peine s’il arrive parfois, par le hasard d’une conjugaison... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:36:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
20 janvier 2009

voir la mer

Il faisait chaud ce jour-là. C’était un jour de juillet. C’était même le jour de la fête nationale. La voiture était garée à l’ombre d’un bosquet, dans l’entrée d’un chemin creux. Toutes les vitres étaient ouvertes, afin qu’à l’intérieur se maintienne une très relative fraîcheur, et tant pis si quelques insectes s’y aventuraient inopinément. Nous étions dans une de ces contrées mal définies, quelque part aux confins de la Normandie et de la Picardie, là où le bocage dispute encore le terrain aux vastitudes céréalières ou... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:19:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]