27 mars 2009

du lapin

Je ne possède pas de chapeau, ce n’est donc pas de là que j’ai sorti le lapin, mais bien du congélateur. En fait c’était une moitié de lapin, déjà coupée en morceaux. Le hasard a voulu que ce soit la moitié avec rognons, l’autre moitié étant avec foie. Je sais bien que ce n’est pas logique : le lapin étant partagé dans le sens longitudinal, il aurait dû y avoir un rognon par paquet. Et peut-être une moitié de foie. Comme je suis prévoyant, j’ai sorti le lapin du congélateur la veille du jour où je l’ai cuisiné, autrement dit le... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:43:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 mars 2009

la carte sans noms

Je traversais Montluçon et j’étais terrifié. Je ne devrais pas écrire ça de cette façon, n’est-ce pas. Il conviendrait plutôt de dire que je me sentais terrifié alors que je traversais Montluçon. Il n’y avait pas de rapport de cause à effet. Parce que n’allons pas croire qu’il est terrifiant de traverser Montluçon. Pas du tout. Au contraire je trouve le passage par cette ville plutôt agréable, je suis sensible à son passé industriel qui affleure encore ici et là. Et puis c’est la seule ville de quelque importance que je suis amené... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:59:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2009

chouette

Des fois, la nuit, je ne dors pas. J’attends. Je cherche le sommeil, et j’attends. Je regarde le temps passer en chiffres verts lumineux sur l’écran du radio-réveil. Et j’écoute. J’écoute les bruits de la maison. Dans la mesure où ceux-ci parviennent à se signaler à mes tympans amorphes. L’hiver, domine le bruit de soufflerie produit par le système de chauffage, alors il est difficile de percevoir autre chose, ou alors je ne tiens pas trop à démêler la bouillie sonore qui me parvient. Mais par chance, lorsque le chauffage... [Lire la suite]
Posté par philg à 11:18:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 mars 2009

diaporama

N’êtes-vous pas, comme moi, assailli ou assaillie quotidiennement par une pléthore de diaporamas prétendument humoristiques encombrant votre boîte à mails ? Personnellement l’humour qui stagne au dessous de la ceinture, le plus fréquent, m’ennuie prodigieusement. Alors je diffère l’ouverture des pièces jointes. Jusqu’au moment où je décide de faire un peu de ménage. Connaissant la lenteur d’Orange, je m’arme de patience. Et je hausse les épaules à la vue de ce qu’on m’a obligeamment et souvent amicalement adressé. Parfois je... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:16:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
19 mars 2009

dégâts

Je suis venu vous voir, samedi dernier. Et j’ai été déçu. Je vais vous expliquer pourquoi. Mes parents ont reçu une superbe lettre de la mairie. Je dis superbe, non pas pour le contenu, qui était consternant, mais pour l’enveloppe. Le luxe. Ils y ont mis un superbe logo rappelant que cette année on fête les cinq cents ans de la basilique. Très beau, vraiment. Mais je ne viendrai pas pour ces cérémonies là. Le contenu consternant de la lettre disait qu’il fallait faire quelque chose, que la tempête de cet hiver avait provoqué... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:13:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 mars 2009

au fond

J’ai tressailli. Je me suis surpris à tressaillir. On a de ces gestes incontrôlés, parfois. Ce qui n’empêche pas d’en avoir conscience. Parfois. On avait réuni le service pour un speech ennuyeux à propos de développement durable. C’est devenu la grande mode, et ce n’est sans doute pas une mauvaise chose, que les entreprises se penchent sur la question des économies d’énergie, de la couche d’ozone, etc… Alors pourquoi pas la mienne. Quoi qu’il en soit, c’est une mode. Avec tous aspects comiques de la chose. On nous avait donc... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:26:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 mars 2009

dans les champs

Nous avions fumé un peu, adossés à un mur de pierres qui veillait sur un vaste moutonnement de blé. J’aimais le parfum des céréales plus que tout autre. Bien plus en tous cas que celui des cigarettes. Nous clignions des yeux dans le soleil. C’était un doux après-midi de juin, quelque part aux confins de la Beauce et du Hurepoix. Des engins agricoles, dont aucun de nous ne connaissait le nom, gisaient abandonnés à l’orée du champ. J’avais été ému par les silhouettes décharnées de ces objets gangrénés par la rouille.... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:54:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 mars 2009

butor

La sculpture était posée sur un meuble bas, tout près du fauteuil en skaï où il avait pris place. Il décompressait. Il y avait peu de moments comme ça, où le temps fait comme une parenthèse, entre le stress de la vie professionnelle, et les occupations domestiques ordinaires, comme par exemple faire la cuisine d’un soir ordinaire de milieu de semaine. Du moins il lui était tacitement dévolu cette tâche ordinaire là, préparer le repas, tandis que son épouse vaquait à une de ses activités extérieures. En attendant de se mettre... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:03:38 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
09 mars 2009

gaura

Je pourrais être Agoraphobe Mais pas Gauraphobe Voici des années que Les tiges échevelées Du gaura blanc ont déserté Mon jardin Se sont évadées Peut-être Par la grille Ouverte sur le monde Et m’en voici fort marri Je ne sais si je pourrais être Agoraphile Mais gauraphile Je le serais sûrement Voici venir Les jours heureux Où nous fourbirons Bêches et plantoirs. Des vivaces amoureusement J’enfouirai les racines Et, pourquoi pas, Fleuriront Les... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:31:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
06 mars 2009

neige

J’aimais ce silence. La qualité de ce silence là. Je peinais un peu dans la montée et je n’entendais que le crissement de mes skis dans la trace, et si peu que je m’arrêtasse, il n’y avait brièvement plus rien. Jusqu’à ce qu’on entende soudain un paquet de neige chuter des branches d’un épicéa, comme un chuintement, une fermeture à glissière qu’on ouvrirait d’un coup sec, ponctué bientôt d’un choc mat en arrivant au sol immaculé et scintillant du sous-bois. Je savourai ce silence. Bientôt il y aurait les ahanements et les voix de... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:13:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]