18 août 2009

les oiseaux

Il y avait ce matin comme un parfum de vague à l’âme flottant sur la maison. Pourtant il faisait un temps radieux. La canicule allait encore sévir. Elle regardait avec consternation les hirondelles rassemblées sur le fil. Les oiseaux étaient vraiment très nombreux, pépiant avec animation. Ce n’est pas fin août ou début septembre, qu’elles se réunissent d’habitude ? Demanda-t-elle. Ma réponse était prête : pour le grand voyage, oui. Mais là, installées qu’elles sont au croisement de trois fils électriques, elles ne sont... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:32:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

16 août 2009

mots alpins 2

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; text-align:justify; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 ... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:45:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 août 2009

cimetière des huîtres

Par une voie sinuant à travers pin, un peu délabrée, un peu ensablée, atteindre une petite esplanade dégagée, au revêtement de bitume discontinu, elle aussi un peu ensablée. S'arrêter face à un buisson d'ajoncs. Couper le moteur. Laisser le silence emplir l'habitacle. Silence factice. Ouvrir les portières, ouvrir grand les poumons, respirer. A son halètement lent, deviner la présence, derrière la dune, de l'eau en mouvement. Sentir son odeur. Se mettre à l'unisson du souffle régulier de l'océan. Je disais : ça sent la mer.... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:44:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
11 août 2009

une vieille maison

Autrefois nous avons vécu dans une vieille maison du centre, dans une ville de l’est. L’immeuble n’avait pas de caractère extrêmement photogénique, comme des pierres apparentes (ce qui ne se faisait guère) ou des fenêtres à meneaux. C’était toutefois une vénérable bâtisse, typique du pays. Une maison de vigneron, avec son haut porche en arc comme on en voit partout dans les campagnes et jusque dans le cœur des villes de la région. Nous vivions dans une région viticole. Bien sûr, j’aurais pu humer l’atmosphère du lieu jusqu’à la nuit... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:30:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
10 août 2009

boggies

Le compartiment était sombre. Quelqu’un avait eu la mauvaise idée de baisser le rideau. Par chance, j’avais pu bénéficier d’une place près de la fenêtre. J’aimais voyager près de la fenêtre. Comment en effet peut-on accepter de voyager sans voir au-dehors. Le voyage vaut autant que le but. Les autres voyageurs dormaient. Ou faisaient semblant. L’un d’eux avait incongrûment baissé le rideau. Je ne dormais pas. Je soulevais le coin de toile marronnasse et je voyais défiler de loin en loin les lumières allumées dans... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:57:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 août 2009

dernier parking avant la plage

Traverser la pinède. Aller jusqu'au bout de la route. S'engager sur le dernier parking avant, au cas où. Rouler au pas derrière les estivants rougis qui se dandinent au milieu du passage. Vérifier qu'il n'y a pas de place. Evidemment. Repartir dans l'autre sens. Rouler au pas. Parmi les estivants rougis qui se dandinent et ne s'écartent pas. Longer la file de voitures en stationnement sur la droite, prêtes à repartir, jusque très loin. Se ranger continuellement pour faire place aux véhicules qui viennent dans l'autre sens, qui serrent... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:52:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

06 août 2009

mots alpins

Modeste épervière Trouvée au creux du sentier. De la joie pour le regard.
Posté par philg à 21:15:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 août 2009

café sans sucre

En faction devant la machine à café, il attend sa boisson. Il a glissé ses sous dans la fente appropriée, il a appuyé sur la touche permettant d’éliminer le sucre et il a effectué son choix, toujours le même, un café moulu, court. Machinalement il regarde les inscriptions rouges se modifier sur l’écran digital, au fur et à mesure que la machine accomplit sa mission ; c’est alors qu’amusé il remarque que les lettres rouges, sur l’écran composent le cabalistique message suivant : SEL- SEL, pour sélection, j’imagine. Pense-t-il. ... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:47:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 août 2009

source

J'ai ramené un peu d'eau des montagnes, pour la fraîcheur... PHIL
Posté par philg à 15:39:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 juillet 2009

bouquet

Je m'en vais cueillir quelques fleurs de montagne... PHIL
Posté par philg à 22:53:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]