08 septembre 2009

sieste

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} p {mso-margin-top-alt:auto; margin-right:0cm; mso-margin-bottom-alt:auto; margin-left:0cm; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 septembre 2009

confiture

Il y a de la sensualité dans l’acte de trancher ces fruits : …prendre un couteau effilé dans le tiroir approprié de la cuisine, avoir de la chance, le couteau qu’on préfère est bien là et non en attente de lavage dans la machine à vaisselle, d’ailleurs en principe on les lave à la main, les couteaux… …prendre le fruit au creux de la main gauche, parce que, oui on est droitier, cela arrive parfois, le fruit se love parfaitement dans le creux de la main, quand je vous dis que c’est sensuel, on s’attend presque à la... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:40:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
04 septembre 2009

balade amiénoise

J’irai voir le pays des vastes horizons, J’irai voir le pays du vent fou qui fait des vagues dans les orges et dans les blés. On a moissonné depuis longtemps, on approche de la fin de l’été, mais qu’importe, c’est un pays où le vent dessine la houle dans les champs. J’irai voir le pays des flèches effilées, J’irai voir le pays des dentelles de pierres semblant tanguer sur du bleu aveuglant. La cathédrale n’a pas de flèche si haute, c’est la nef qui bat des records, mais qu’importe, ailleurs dans le pays on voit des... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:58:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
03 septembre 2009

stylo

Tu étais contente : tu avais trouvé le stylo qu’il te fallait. Un stylo. Car en vérité il t’en fallait plusieurs. Un stylo pas trop cher. Car en vérité tu te les fais barboter sans arrêt. Les enfants aiment les stylos, il faut croire. C’est dommage, parce qu’en ce qui me concerne j’aurais plaisir à t’offrir des stylos haut de gamme. Mais je serais très fâché d’apprendre leur disparition. Donc stylo pas cher. A plume. Et à cartouches. Mais tu pourras y faire adapter une pompe plus tard, la marchande l’a affirmé. Elle n’a... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:31:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
02 septembre 2009

bérengère

Comme tous les vendredis j’ai démarré la vieille 4L et je suis descendu faire mon marché au bourg. Oh, ce ne serait pas un gros marché. Enfin, je veux dire, je n’avais pas besoin de grand-chose. Les fruits, ce n’était pas la peine, en cette saison le verger en regorgeait. La viande, il y en avait plein le congélateur. Allez, j’achèterais deux ou trois aubergines, il n’y en a pas dans le jardin, les doryphores les ont décimées. Et puis du poisson. En fait de poisson, j’ai opté pour des calmars. Ils n’étaient pas chers et... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:40:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
31 août 2009

océan

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; text-align:justify; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; ... [Lire la suite]
Posté par philg à 23:57:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 août 2009

je savourais ta joie

Assis sur un banc, dans la fraîcheur du matin, je t’attendais. J’avais fait le tour du quartier pendant que tu étais dans la librairie. J’avais fixé dessins et graffiti sur la carte numérique de mon appareil. J’avais repéré une vitrine qui te plairait. J’avais ouvert le plan. J’avais des idées pour la suite de notre promenade. Tu es sortie du magasin. Tu rayonnais. Tu n’avais rien acheté, mais tu rayonnais. Tu me disais avoir vu des choses intéressantes. Il faudrait que, plus tard, tu fasses une commande. C’était... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:10:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
27 août 2009

ariège

En ce matin enfin calme Et chaud, L’eau gronde et miroite au gré des tourbillons, Au gré des roches qui l’habitent. Eau sombre et vive, Que viennent caresser les branches des saules Et des acacias. Le contre-jour est favorable. Le sentier abrupt descend des hauts prés Où le foin sèche au soleil Puis traverse d’épais sous-bois Bourdonnants d’insectes Où se dresse la prêle. Soudain sur la rive il s’alanguit Tandis que l’eau gronde Et on reçoit les... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:26:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
26 août 2009

l'homme à la casquette

Les gens sont là et soudain ils n’y sont plus. C’est la vie qui est comme ça, me direz-vous. La vie continue et on ne s’aperçoit de rien. Mais n’empêche qu’un beau jour on trouve qu’il y a quelque chose de changé, qu’il manque quelque chose au décor. Et ce quelque chose, en fait, c’est quelqu’un. Je ne parle pas des gens qu’on aime, bien entendu. S’ils s’en vont, ceux là laissent un vide difficile à combler et on n’en finit plus de pleurer. Non, je parle des gens qui font comme qui dirait partie du paysage, les portraits... [Lire la suite]
Posté par philg à 21:52:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 août 2009

après le spectacle

J’ai aimé que nous soyons assis côte à côte, sur ce bout de trottoir nocturne. Tu avais revêtu un gilet afin de te protéger d’une légère brise. Le lainage glissait un peu sur ton épaule, dont la rondeur bronzée invitait au baiser. J’en ai profité. Tu m’as souri. Tu as pris une gorgée de bière. J’ai fait de même. Et nous avons continué à regarder pulser la ville.
Posté par philg à 13:36:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]