30 août 2009

je savourais ta joie

Assis sur un banc, dans la fraîcheur du matin, je t’attendais. J’avais fait le tour du quartier pendant que tu étais dans la librairie. J’avais fixé dessins et graffiti sur la carte numérique de mon appareil. J’avais repéré une vitrine qui te plairait. J’avais ouvert le plan. J’avais des idées pour la suite de notre promenade. Tu es sortie du magasin. Tu rayonnais. Tu n’avais rien acheté, mais tu rayonnais. Tu me disais avoir vu des choses intéressantes. Il faudrait que, plus tard, tu fasses une commande. C’était... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:10:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

27 août 2009

ariège

En ce matin enfin calme Et chaud, L’eau gronde et miroite au gré des tourbillons, Au gré des roches qui l’habitent. Eau sombre et vive, Que viennent caresser les branches des saules Et des acacias. Le contre-jour est favorable. Le sentier abrupt descend des hauts prés Où le foin sèche au soleil Puis traverse d’épais sous-bois Bourdonnants d’insectes Où se dresse la prêle. Soudain sur la rive il s’alanguit Tandis que l’eau gronde Et on reçoit les... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:26:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
26 août 2009

l'homme à la casquette

Les gens sont là et soudain ils n’y sont plus. C’est la vie qui est comme ça, me direz-vous. La vie continue et on ne s’aperçoit de rien. Mais n’empêche qu’un beau jour on trouve qu’il y a quelque chose de changé, qu’il manque quelque chose au décor. Et ce quelque chose, en fait, c’est quelqu’un. Je ne parle pas des gens qu’on aime, bien entendu. S’ils s’en vont, ceux là laissent un vide difficile à combler et on n’en finit plus de pleurer. Non, je parle des gens qui font comme qui dirait partie du paysage, les portraits... [Lire la suite]
Posté par philg à 21:52:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 août 2009

après le spectacle

J’ai aimé que nous soyons assis côte à côte, sur ce bout de trottoir nocturne. Tu avais revêtu un gilet afin de te protéger d’une légère brise. Le lainage glissait un peu sur ton épaule, dont la rondeur bronzée invitait au baiser. J’en ai profité. Tu m’as souri. Tu as pris une gorgée de bière. J’ai fait de même. Et nous avons continué à regarder pulser la ville.
Posté par philg à 13:36:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 août 2009

souvenir de la vieille maison (2)

Le dimanche matin, je me levais. Pieds nus sur le parquet rugueux, j’allais à la fenêtre. J’actionnais la crémone et j’ouvrais les volets. Et je restais là tout un moment, penché à la croisée ouverte, à me laisser envahir par le suave parfum de la rue, tandis que frissonnante Elle s’enfouissait sous les couvertures. Les autres jours aussi, je me levais, et je faisais toutes sortes de choses banales tandis qu’Elle s’enfouissait sous les couvertures. Le dimanche ce n’était pas pareil : je m’habillais prestement, je... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:59:57 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
19 août 2009

les chaumes

La terre avait chaud. Elle nous le faisait sentir. J’aimais me laisser envahir par cette odeur de chaumes recuits. Un parfum sublime. Un parfum jouant sur la corde. Il aurait suffi de très peu pour qu’il devienne désagréable. Mais là, j’en étais grisé. J’aimais rouler dans la nuit. J’aimais le parfum des chaumes qui s’engouffrait par le toit ouvrant. J’allais prudemment. Je me souvenais qu’il nous fallait craindre les errements du gibier. Le parfum accaparait mes pensées. J’oubliais l’émotion générée... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:50:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

18 août 2009

les oiseaux

Il y avait ce matin comme un parfum de vague à l’âme flottant sur la maison. Pourtant il faisait un temps radieux. La canicule allait encore sévir. Elle regardait avec consternation les hirondelles rassemblées sur le fil. Les oiseaux étaient vraiment très nombreux, pépiant avec animation. Ce n’est pas fin août ou début septembre, qu’elles se réunissent d’habitude ? Demanda-t-elle. Ma réponse était prête : pour le grand voyage, oui. Mais là, installées qu’elles sont au croisement de trois fils électriques, elles ne sont... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:32:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
16 août 2009

mots alpins 2

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; text-align:justify; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 ... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:45:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 août 2009

cimetière des huîtres

Par une voie sinuant à travers pin, un peu délabrée, un peu ensablée, atteindre une petite esplanade dégagée, au revêtement de bitume discontinu, elle aussi un peu ensablée. S'arrêter face à un buisson d'ajoncs. Couper le moteur. Laisser le silence emplir l'habitacle. Silence factice. Ouvrir les portières, ouvrir grand les poumons, respirer. A son halètement lent, deviner la présence, derrière la dune, de l'eau en mouvement. Sentir son odeur. Se mettre à l'unisson du souffle régulier de l'océan. Je disais : ça sent la mer.... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:44:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
11 août 2009

une vieille maison

Autrefois nous avons vécu dans une vieille maison du centre, dans une ville de l’est. L’immeuble n’avait pas de caractère extrêmement photogénique, comme des pierres apparentes (ce qui ne se faisait guère) ou des fenêtres à meneaux. C’était toutefois une vénérable bâtisse, typique du pays. Une maison de vigneron, avec son haut porche en arc comme on en voit partout dans les campagnes et jusque dans le cœur des villes de la région. Nous vivions dans une région viticole. Bien sûr, j’aurais pu humer l’atmosphère du lieu jusqu’à la nuit... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:30:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]