03 février 2015

tandem

Pourquoi cours-tu comme ça ? Bonne question. En l’occurrence, il s’agit du titre d’un recueil collectif de nouvelles que je lis actuellement lors de mes trajets en TER. La réponse à la question pourrait être multiple. Chacun de nous a sa propre réponse. Courir pour brûler des calories et pour me décaper la tête. Voici ce que pourrait être la mienne. Il est vrai qu’en courant, j’ai parfois l’impression de penser à cent à l’heure, bien plus vite en tous cas que ma modeste allure. Il arrive même que j’écrive. Du rythme de mon... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:56:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2015

le train du quotidien

Les portes s’ouvrent en chuintant. Je saute à quai. Je m’éloigne vers la sortie tandis que le train de mon quotidien poursuit sa voie. Sans dévier, il file jusqu’à Royan, une voix de synthèse l’a annoncé. Royan. On pourrait continuer, nous aussi. On pourrait s’évader. Je l’ai dit à Elle. Un jour, on pourrait se rendre à la petite gare près de chez nous. On pourrait monter dans le train de mon quotidien, mais alors ce serait un jour pas ordinaire, et nous enfuir jusque là-bas. On occulterait ordinaire et quotidien, forcément, puisque,... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:15:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 janvier 2015

les déchets ont une âme

Elle et moi, nous raffolons du street art. Nous aimons que les murs nous parlent, si possible avec poésie. Nous immortalisons les œuvres éphémères sur nos cartes mémoires. Nous avons même des spécialités : à moi les pochoirs, à Elle les « morpions » en mosaïque signés Invader. Lorsque nous en avons l’occasion, nous nous rendons dans les expositions consacrées à l’art des rues. C’est ce que nous avons fait hier, avec grand plaisir. L’exposition occupait deux étages de la Fondation EDF, et… je ne vous en parlerai pas.... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:22:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 janvier 2015

quelques notes de blues

Bleu, comme la nuit, comme la musique, comme la vie. Bleu comme les mots, bleu comme les maux. Bleu comme la pluie qui bat sur les pare-brise, sous la nuit, dans la mélancolie, dans le flou d’une vision faussée. Bleu comme le blues qui s’accorde au ballet des essuie-glaces. Un bleu d’ambiance, troublé par quelques aberrations hexagonales, des choses semblables à une rencontre dangereuse (une icône violette), qui attirent l’œil, qui scintillent, qui murmurent des paroles enjôleuses, qui plantent en vous leurs tentacules, acérés comme... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:04:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 janvier 2015

la stratégie du pain

Voici quelques jours, j’ai entendu à la radio que le pain était une tradition française. Cette affirmation péremptoire devait être suffisamment intrigante pour que je m’en souvienne encore. En fait j’ignorais que notre beau pays était censé avoir l’apanage du pain. Je n’ai pas mis énormément les pieds à l’étranger, mais en tous cas, dans chacun des pays que j’ai visités, on mangeait du pain, et du bon. Je n’ai pas de souvenirs, dans ce domaine, de mes incursions en Angleterre : j’étais ado et la boulange ne comptait pas, à cette... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:55:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 janvier 2015

blasphème fumé

Le mot « blasphème » m’est venu à l’esprit, et le fou rire m’a pris. Ou peu s’en est fallu. Il n’y a pas de quoi rire ? Mais si, on peut rire de tout, même par les temps qui courent. En l’occurrence, j’étais occuper à feuilleter un magazine consacré à la cuisine, et voilà que je tombe sur une illustration représentant une scène de la Nativité. Je me demandais bien ce que cela faisait là, même si on était à la bonne saison. Je me suis alors rendu compte que, dans le berceau, on avait remplacé le petit Jésus par une... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:16:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 janvier 2015

les chaises

J’ai eu un jour sous les yeux une photo prise dans le jardin du Luxembourg un jour de pluie. La couleur dominante était celle des feuilles tombées des marronniers : orange. Une couleur chaude et gaie quand elle est celle d’une étoffe. Mais là. On voyait une rangée de troncs noirs qui s’égouttaient sur cet orange tombé et sur les chaises désespérément vides. Il se dégageait de cette image une infinie tristesse, de celles qui habillent les adieux définitifs. L’autre jour, pour me rendre de la librairie du Québec, rue Gay-Lussac, à... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:55:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 janvier 2015

abonnement

On parle beaucoup d’abonnements, ces jours-ci, à cause de Charlie. Eh bien non, je ne m’abonnerai pas à Charlie Hebdo, même s’ils ont besoin de fric, et même si je serais heureux qu’ils fassent encore longtemps partie de mon paysage. Pourquoi ? D’une part je suis moyennement friand de satires et de caricatures ; il m’arrive néanmoins d’acheter Charlie ici et là dans un kiosque, voire auprès d’un vendeur de rue ; je me souviens d’un qui nous avait raconté sa vie, en bas de la rue Mouffetard, alors que nous étions à la... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:33:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2015

les larmes aux yeux

J+4. Quatre jours après le jour de Charlie, il fait un temps superbe. Un temps à se balader dans la campagne, et tant pis pour l’eau des flaques et la gadoue. Oui mais. Ce dimanche, c’est jour de manif. La Petite téléphone pour savoir si nous y allons et, le cas échéant, si elle peut nous y accompagner. Peut-être et oui. Nous ne savons pas encore si nous voulons aller manifester une troisième fois pour Charlie. Il faut prendre la voiture, venir en ville, trouver à se garer… Bref. Nous y allons. Bien sûr, nous y allons. Nous retrouvons... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:36:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
12 janvier 2015

voyage pour charlie

Le jour de Charlie, j’ai voyagé. Ce jour-là, comme chacun de vous, j’ai été traumatisé, j’ai ressenti un chagrin immense. J’ai pleuré. Ce jour-là, aussi, j’ai pris du plaisir. J’ai voyagé. Après la manif, après avoir mangé sur le pouce chez les vrais chinois d’en face de la Poste, avec Elle, nous sommes allés au spectacle. C’était prévu. De la danse. Nous avons assisté pendant une heure à une chorégraphie que je trouvais de plus en plus envoûtante. La lumière était crue, les couleurs ternes, d’un gris bleuté assez peu festif. Aucune... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:42:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]