27 février 2010

quatrième

Je suis dingue. Je suis dingue et je suis un danger. Je dois m’asseoir au bord de la rivière pour réfléchir à tout ça. C’est apaisant, une rivière. Un peu comme de la musique. Le courant de la rivière, c’est un peu comme les doigts du pianiste sur le clavier : ça m’apaise. Suis-je vraiment dingue ? Je ne sais pas. Certainement, puisque je végétais dans un hôpital psychiatrique. Je n’en pouvais plus de végéter. Je n’en pouvais plus d’être un légume parmi les légumes. Je... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:16:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

26 février 2010

sport

Habituellement le sport n’est pas (n’est plus) une chose qui me passionne. Je veux dire regarder le sport. Je ne suis pas un adepte des jeux du cirque. Les gladiateurs ne sont pas mes héros. D’ailleurs je préfère regarder les gladiatrices. (Je me demande si le correcteur d’orthographe de word fonctionne correctement, parce que gladiatrice… Il n’a pas souligné. Pourtant mes dicos sont muets sur ce point.) Je n’aurais jamais cru que je passerais une soirée entière à regarder les jeux olympiques à la télé, au lieu de... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:04:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
25 février 2010

vibration

Vendredi. Il pleut. Arriver en ville assez tôt. Trouver une place de stationnement dans la rue. Pas si simple. Mais ils n’aiment pas le parking souterrain, trop compliqué. Faire la queue et attendre des plombes à la sortie du spectacle. Arriver en ville assez tôt : plus d’une demi-heure avant le concert. Les épouses protestent. Viennent pour faire plaisir. Presque à contrecœur. N’aiment pas trop le jazz. Préfèrent la chansonnette. La chanson à texte. Eux : ils aiment bien les textes aussi. Lui : il... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:50:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
24 février 2010

tag

Pour faire plaisir à Pakita, je m'en vais jouer le jeu du tag. Alors voilà, il s'agit de prendre la dixième photo de mon dossier Images. Comme je suis joueur, je ne dirai pas tout de suite de quoi il s'agit, des fois que vous auriez envie de reconnaitre l'endroit. Ensuite si j'ai bien compris, je dois passer la patate chaude à quelques amis blogueurs qui seront : Naline Annick Syl Nath Joye et Tonton Jeannot, si sa connexion est réparée ! Voici la solution tant attendue : cette photo a été prise au musée... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:17:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
23 février 2010

rendez-vous

Ta voix. Dans le téléphone. J’exulte. Entendre ta voix est une exultation. Tiens, j’ai tenté le mot. Sans dico, sans filet. Le logiciel ne l’a pas souligné. Exultation. Parce que ta voix. Indispensable. Elle m’est indispensable. Ta voix. Parce que toi. Tu n’es pas plus diserte que moi, pourtant j’exulte, même si le téléphone. Une barrière de clinquant technologique qui transporte ta voix. Je n’aime pas ça a priori. Et pourtant j’exulte. J’ai hâté le pas, dans la rue. Je sais que tu as rendez-vous. Pour être... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:34:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
22 février 2010

impressionnisme

Le ciel se pare de quelques nuages aux bords délicatement rosés. Cela illumine d’une jolie douceur la campagne qui s’éveille à peine, tout encore engourdie dans du vert sombre un peu glauque. Dans le rétroviseur, quelques résidus de brume nocturne forment des lignes parallèles accentuées par la trace des avions, et tout cela explose en une exubérance orangée. Je préfère ce que je vois devant. Cela me fait penser à des tableaux impressionnistes. Des Monet ou des Sisley, je ne me souviens plus bien. J’aurais envie... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:06:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

19 février 2010

la ville au concerto

Dans la ville au concerto, il y avait peu à voir. C’est pour cela qu’elle me plaisait. Cette ville. Peu à voir, dans le sens touristique du terme. Pas de cathédrale gothique. Pas d’église romane. Pas de maisons patriciennes remarquables. Pas de château, allais-je ajouter. Ce qui eût été faux. Dans la ville au concerto, il y avait un château. Pas dans le centre ville, non. A l’écart. Un château assez décati, dont la façade de pierre blanche et de brique rouge avait un charme indéniable. À cause du décati, sans doute. Le... [Lire la suite]
Posté par philg à 11:31:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
17 février 2010

le monde à l'envers (2)

Je m’emparai du 6x6, et je sortis dans le jardin. Un peu fébrile, je libérai le mufle de l’appareil de sa gangue de cuir, je soulevai l’espèce de couvercle qui se trouve sur le dessus, et la magie opéra. Je me replongeai une fois de plus en enfance. Je dirigeai l’appareil vers la haie du fond, vers les sommets bleutés, vers le cerisier anémique qui poussait dans un coin. C’était comme dans le temps. La croix et la bannière pour créer une image qui ne soit pas bancale sur le dépoli. Avec ce type d’appareil, on ne regarde pas dans un... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:10:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
15 février 2010

le monde à l'envers (1)

Je m'absente quelques jours en famille. Pendant ce temps, je vous propose une nouvelle histoire en deux épisodes, sur laquelle j'aimerais avoir votre avis. §§§§§§§§§§§§§ LE MONDE A L'ENVERS Drôle d’héritage, pensai-je en examinant le contenu de la boîte à chaussures. Vraiment drôle. Les larmes me venaient aux yeux. Pas des larmes de rage ou de dépit. Des larmes de tristesse. Parce que j’étais triste, fatalement. Ce qui s’étalait devant mes yeux incrédules ne valait pas tripette, c’en était même risible, mais j’étais néanmoins... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:11:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
12 février 2010

en traversant la bourgogne

J’ignore pourquoi me reviennent ainsi, obsédantes, les images d’anciens trajets. Des trajets laborieux que je faisais en 4L. Une 4L chamois sur laquelle tu avais collé des décalcomanies, comme sur les Pigeot, des trèfles à quatre feuilles et des canards ressemblant à ceux qu’on voit dans les baignoires. Des canards qui ne ressemblent en rien à des canards. Des canards souriants. Je roulais dans la nuit, tu étais restée à Paris, je fusais vers une semaine de labeur, ailleurs, je traversais la Bourgogne. Fuser est un bien grand mot... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:22:53 - - Commentaires [11] - Permalien [#]