09 février 2010

pavés

Au risque de me tordre une cheville, ça s’est déjà vu, je marche sur les pavés de la place Notre-Dame. La place Notre-Dame ne s’appelle pas comme ça, en vrai. Elle s’appelle De Gaulle. Mais je m’en fous. Tous les lecteurs connaissant la ville sauront bien de quoi je parle. De toute façon sur la place Notre-Dame, il y a Notre-Dame. L’église. Et le marché. Et les pavés. Ce sont des pavés qui paraissent anciens mais ne le sont pas. Ils sont casse-gueule, mais néanmoins bien réguliers. Et dépourvus de brins d’herbe anarchiques... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:28:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

08 février 2010

design

Nous avons vu… Qu’avons-nous vu ? Je suis le seul à avoir vu, je présume, des tartes, des quiches, des polkas, des omelettes norvégiennes, des pièces montées, et même des kouglofs. C’était une exposition pâtissière, à ce qu’il semble. C’est à cause du froid. Parce que nous sommes en hiver. Alors il y a des expositions pâtissières. Tu pars avec l’idée de voir du design. Et au lieu de ça tu vois des gâteaux. En plus de ça, plutôt. Nous avons vu une exposition de design. Et j’ai vu des gâteaux. Des gâteaux... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:04:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
06 février 2010

un samedi soir

Un samedi soir. Un samedi soir froid. Un samedi soir sans joie. Prendre place dans une automobile. Voir la buée se former instantanément sur les vitres. La buée envahit progressivement toute la surface vitrée de l’habitacle. La conduite sera difficile. Tant pis pour celui ou celle qui a été désigné pour cela. Dehors le froid est incisif. Progresser dans la lueur jaunâtre de l’avenue. Progresser dans la buée et dans le froid incisif. Rêver d’un nid. Rêver d’un lit. Quelque part où il ne ferait ni froid ni... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:12:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
04 février 2010

les grillons (2)

Oh ! La nouvelle s’est envolée…
Posté par philg à 11:33:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
03 février 2010

les grillons (1)

Oh ! La nouvelle s’est envolée…
Posté par philg à 09:08:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
02 février 2010

état des lieux

J’avais besoin de ma matinée pour diverses obligations d’ordre privé, notamment assister ma fille pour effectuer l’état des lieux de la maison qu’elle s’apprête à louer. J’ai donc posé une demi-journée de congé. La météo semblait assez favorable, bien que la température extérieure affichât des valeurs oscillant autour de moins trois degrés. Je présume qu’à l’intérieur de la maison, la température était positive. Je présume seulement. Le gars de l’agence était minutieux, voire pointilleux, et on ne va pas le lui reprocher.... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:14:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

31 janvier 2010

le carnet vert

Un jour, il y a bien de cela cinq ans, si ce n’est plus, j’ai acheté un carnet. Un bête petit carnet à spirale, à la couverture cartonnée ne comportant aucune fioriture. Un carnet vert. Il aurait pu arborer une autre couleur. Mais il était vert. Ce carnet, je l’ai rangé dans un des alvéoles de mon sac photo. En compagnie d’un stylo bille orné de marguerites qu’une de mes filles m’avait offert. Ainsi serais-je en mesure de prendre des notes lors de mes déambulations. Ou de noter les idées qui me passeraient par la tête à la... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:08:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
29 janvier 2010

l'autrichienne (2)

Plus tard elle s’est dénudée. Pour moi. Nous étions au lit et elle était nue. Presque nue. Elle gardait toujours sur elle l’or et les pierreries de ses bracelets et colliers. J’aime son corps. Il est somptueux. Mais c’est son visage, surtout. Son corps ne serait rien sans son visage. C’est une évidence d’une rare crétinerie, ce que je dis là. Ce que je veux dire, c’est que son visage éclipse tout le reste, ses petits seins, son ventre plat, et si blanc. Son visage est d’une beauté insensée. Je me mettais nu aussi,... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:40:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
28 janvier 2010

l'autrichienne (1)

Je l’aime. Je ne me lasse guère d’admirer son visage. Elle est si belle. Je ne suis jamais allé en Autriche. Elle ne laisse jamais rien deviner de son corps. Je le sais somptueux. Mais c’est son visage, surtout. Je ne voudrais pas voir la tête de l’homme. J’aime particulièrement voir son visage pâmé, comme c’est actuellement le cas. La pâmoison lui sied à merveille. Je la regarde et mon désir me consume. Admirer sa pâmoison me fait bander, comme on dit... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:35:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
27 janvier 2010

quai numéro deux

Je crois que je pourrais me souvenir longtemps du quai de la gare de chez nous. Quai numéro deux. Le train à destination de Paris Montparnasse entre en gare, veuillez vous tenir éloignés de la bordure du quai. Ça, c’est ce qu’on entend dans les haut-parleurs. Une voix synthétique à peine crédible. Sauf qu’on veut bien quand même s’éloigner de la bordure du quai, c’est plus prudent, et il n’est pas nécessaire de le seriner, le ronflement agressif de la motrice est suffisamment éloquent. Quai numéro deux. En fait le train... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:03:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]