06 mars 2010

comment lis tu ?

Comment lis-tu, m’as-t-on demandé. Pour être exact, c’est Tifenn qui m’a posé cette question. Drôle de question. Je lis souvent allongé sur mon lit, il est quelque chose entre 22 heures et minuit. Les lampes de chevet sont allumées, forcément. Elle lit à côté de moi. Le premier qui s’endort, puis s’aperçoit qu’il s’est endormi, donne le signal de l’extinction des feux. Parfois je ne m’endors pas livre en main. C’est rare. En fait je suis devenu un piètre lecteur. Je m’endors au bout de quelques pages. Parfois le... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:09:54 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

04 mars 2010

juin au bunker

Il se souvient d’un soir torride de juin. Il ne sait plus pour quelle raison on avait dansé, mais on avait dansé. On avait dansé dans le bunker. C’est ainsi qu’on appelait l’immense bâtiment où il travaillait. Sans doute à cause de sa laideur. Du moins dans sa partie la plus récente. Car il ne fallait pas oublier que tout cela s’était construit autour d’un hôtel particulier du dix-septième siècle, ce qui conférait à la boîte dans son ensemble un indéniable caractère de noblesse. Il n’avait pas souvenir d’un quelconque... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:58:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
03 mars 2010

suavité

Je regardais d’un œil éteint par la vitre du TER. Morne. J’étais morne. Le train était morne. Dehors c’était morne aussi. À cause de la flotte, bien sûr. Tu me diras, il vaut mieux qu’il flotte le jeudi plutôt que le dimanche, vu que le jeudi on bosse et que ça ne sert à rien qu’il fasse beau. Oui, et bien quand même. Je préfère quand de belles idées de photos fulgurent dans le soleil levant, à travers les vitres sales du wagon. Quant à moi j’étais morne. Tout simplement parce que c’était jeudi et que j’allais bosser,... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:12:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
01 mars 2010

la grande guerre

C’est la deuxième fois que je viens à Péronne. Nous venons là. Nous sommes cinq. Mon épouse et moi. Un couple d’amis et leur fille. Je ne dirai néanmoins pas nous, mais je. Il est des circonstances où on est seul, forcément. On est seul face à son émotion. Je me refuse à mettre des G majuscules à grande guerre. Ce n’est pas de l’irrespect envers ceux qui sont morts. Mais une guerre ne peut pas être grande. Je me souviens de l’émotion de la première fois. Je me souviens des gravures d’Otto Dix. ... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:48:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
27 février 2010

quatrième

Je suis dingue. Je suis dingue et je suis un danger. Je dois m’asseoir au bord de la rivière pour réfléchir à tout ça. C’est apaisant, une rivière. Un peu comme de la musique. Le courant de la rivière, c’est un peu comme les doigts du pianiste sur le clavier : ça m’apaise. Suis-je vraiment dingue ? Je ne sais pas. Certainement, puisque je végétais dans un hôpital psychiatrique. Je n’en pouvais plus de végéter. Je n’en pouvais plus d’être un légume parmi les légumes. Je... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:16:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
26 février 2010

sport

Habituellement le sport n’est pas (n’est plus) une chose qui me passionne. Je veux dire regarder le sport. Je ne suis pas un adepte des jeux du cirque. Les gladiateurs ne sont pas mes héros. D’ailleurs je préfère regarder les gladiatrices. (Je me demande si le correcteur d’orthographe de word fonctionne correctement, parce que gladiatrice… Il n’a pas souligné. Pourtant mes dicos sont muets sur ce point.) Je n’aurais jamais cru que je passerais une soirée entière à regarder les jeux olympiques à la télé, au lieu de... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:04:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

25 février 2010

vibration

Vendredi. Il pleut. Arriver en ville assez tôt. Trouver une place de stationnement dans la rue. Pas si simple. Mais ils n’aiment pas le parking souterrain, trop compliqué. Faire la queue et attendre des plombes à la sortie du spectacle. Arriver en ville assez tôt : plus d’une demi-heure avant le concert. Les épouses protestent. Viennent pour faire plaisir. Presque à contrecœur. N’aiment pas trop le jazz. Préfèrent la chansonnette. La chanson à texte. Eux : ils aiment bien les textes aussi. Lui : il... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:50:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
24 février 2010

tag

Pour faire plaisir à Pakita, je m'en vais jouer le jeu du tag. Alors voilà, il s'agit de prendre la dixième photo de mon dossier Images. Comme je suis joueur, je ne dirai pas tout de suite de quoi il s'agit, des fois que vous auriez envie de reconnaitre l'endroit. Ensuite si j'ai bien compris, je dois passer la patate chaude à quelques amis blogueurs qui seront : Naline Annick Syl Nath Joye et Tonton Jeannot, si sa connexion est réparée ! Voici la solution tant attendue : cette photo a été prise au musée... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:17:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
23 février 2010

rendez-vous

Ta voix. Dans le téléphone. J’exulte. Entendre ta voix est une exultation. Tiens, j’ai tenté le mot. Sans dico, sans filet. Le logiciel ne l’a pas souligné. Exultation. Parce que ta voix. Indispensable. Elle m’est indispensable. Ta voix. Parce que toi. Tu n’es pas plus diserte que moi, pourtant j’exulte, même si le téléphone. Une barrière de clinquant technologique qui transporte ta voix. Je n’aime pas ça a priori. Et pourtant j’exulte. J’ai hâté le pas, dans la rue. Je sais que tu as rendez-vous. Pour être... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:34:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
22 février 2010

impressionnisme

Le ciel se pare de quelques nuages aux bords délicatement rosés. Cela illumine d’une jolie douceur la campagne qui s’éveille à peine, tout encore engourdie dans du vert sombre un peu glauque. Dans le rétroviseur, quelques résidus de brume nocturne forment des lignes parallèles accentuées par la trace des avions, et tout cela explose en une exubérance orangée. Je préfère ce que je vois devant. Cela me fait penser à des tableaux impressionnistes. Des Monet ou des Sisley, je ne me souviens plus bien. J’aurais envie... [Lire la suite]
Posté par philg à 07:06:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]