17 avril 2015

sous les pavés, la plage

Tout à l’heure, j’ai eu l’impression de rajeunir de quarante-sept ans. Je n’en ai pas spécialement envie, d’ailleurs. Retomber en enfance n’est pas une perspective réjouissante. La vue d’un pavé autobloquant en béton rosâtre, évadé de sa structure d’origine pour être posé en contrebas du perron de la Boîte, m’a replongé un instant dans l’ennui d’un printemps chaud, alors que le lycée avait été déserté. J’ignore qui s’est débarrassé du pavé à cet endroit, et pour quelle raison, la cour d’honneur n’étant pas pavée mais goudronnée. Pour... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:06:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 avril 2015

quelques chaises dans une vitrine

Trois chaises gisent en vrac dans une vitrine. Je dis trois car c’est un chiffre qui vient souvent à l’esprit quand on conte. En fait elles sont plus nombreuses. Disons huit. Ou neuf. Bref. Leur nombre est sans importance. Ce sont de vieilles chaises, semblables à celles que j’ai connues au lycée, qui étaient déjà vieilles à l’époque, assise et dossier de contreplaqué verni, voire gribouillé, montés sur des tubulures métalliques à la peinture brune ou verdâtre écaillée. Je m’en souviens fort bien. Les tubulures des nôtres étaient... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:17:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2015

un pique-nique

Nous parvenons à destination enfin, au bout d’une route infime, impossible de s’y croiser. Un parking. Du gravier au sol, piqueté d’herbes folles. Un peu d’ombre, pas beaucoup. De la place pour une dizaine de voitures, pas plus. Le soleil d’avril, vers midi. Le silence après que le moteur s’est tu. Le silence comme une illusion, vous savez bien, à cause des oiseaux et des insectes. Je sors du coffre panier et glacière. Nous nous asseyons près de la voiture, et près du sol, sur un madrier aux allures de traverse de chemin de fer. Nous... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:03:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
03 avril 2015

l'arme du crime

J’ai sous les yeux un magazine littéraire dont le dossier mensuel est consacré au roman policier. J’adore. Même si je lis moins de polars qu’autrefois, je n’oublie pas que je suis devenu lecteur grâce à la série noire et aux élucubrations de Frédéric Dard. Dans un article, il est demandé à quelques célèbres auteurs de citer leur « arme du crime » préférée. Chacun y va alors de son poison, de son arme blanche, de ses mains (d’étrangleur), et même des lois de la gravité ! Curieusement personne ne semble privilégier tout... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:24:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
31 mars 2015

richard lenoir

♫ « Au printemps au printemps Et mon cœur et ton cœur Sont repeints au vin blanc… » ♫ Et nous en avons profité pour repeindre notre quotidien en débouchant une bouteille de chenin. Quelque chose comme de la joie dans le verre, et qui donnerait envie de repeindre souvent. Et justement, un bref instant, la joie prenait le dessus sur la fatigue pour illuminer nos visages. Le printemps est là. L’un de nous l’a dit. Je pourrais en profiter pour disserter sur les premières violettes, les premières primevères sauvages (ou... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2015

des ombres douces et obliques

L’autre jour, je ne sais plus quand, j’ai changé mon fond d’écran sur l’ordi du boulot. C’est tout un micmac, parce que l’écran est carré, et puis, avec toutes les sécurités qu’ils nous mettent, il doit bien manquer quelques boulons à windows, et donc il faut systématiquement recadrer les photos, peser finement leurs pixels et tout ça. Je ne change donc pas tous les jours de fond d’écran. Cette fois, j’ai opté pour une photo de vacances. La vue d’une ville depuis le port d’une autre ville. Un soleil furtif, des ombres douces et... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:10:45 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

23 mars 2015

la défense

Je lis, dans les informations internes, que la future nouvelle succursale francilienne de la Boîte sera installée au 24ème étage d’une tour de la Défense. Bon. Ce qui me laisse rêveur, c’est qu’il est précisé dans l’article que la vue sur Paris y sera imprenable. Cette précision est-elle destinée à attirer le chaland ? En effet je me suis laissé dire qu’un grand nombre d’agents des succursales actuelles, qui seront bientôt regroupées en haut de cette tour, ne veulent pas aller travailler à la Défense. Je ne dispose pas d’éléments... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:54:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 mars 2015

soleil levant

Sur le flanc nord de « l’open-space », là où j’apprécie d’œuvrer quand la canicule se joue des stores, c’est-à-dire pas en ce moment, sont accrochées des reproductions de tableaux. Sur le flanc sud aussi, mais je n’y transpire pas. Il n’y a pas de logique particulière à cet accrochage, je crois. Chaque personne a dû un jour choisir son tableau préféré dans un catalogue, et son tableau a été fixé le plus près possible de son bureau. Sauf que les gens changent de place, partent en retraite, s’évaporent. Les tableaux restent.... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:19:53 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
16 mars 2015

sur la côte sauvage

Des oiseaux invisibles donnent de la voix, des trilles légers qui dansent dans le vent comme autant de ballons lâchés. Mon réflexe est d’ouvrir les yeux et de sonder le ciel. C’est facile, je suis allongé sur du sable sec, parmi les oyats. On pourrait se croire en juillet, au milieu d’un champ de blé. On s’efforcerait en vain à débusquer les alouettes. Or le grondement lointain et continu nous rappelle la présence de l’océan, là, au bout de la plage, si près et si loin de nous. Je me suis assoupi, je crois. Je ne sais pas quels sont... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:36:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
08 mars 2015

de passage dans la dombes

Pour une pause, nous quittons la route, la nationale qui ne l’est plus, le long de laquelle personne n’a pensé à installer une aire de repos digne de ce nom. Dans ce domaine, les départements ne sont pas plus malins que l’État, bien au contraire. Un peu plus tard, nous voici assis sur une pierre, face à un étang, et par chance notre siège improvisé est sec, bien qu’il ait plu abondamment la veille, comme en témoignent les nombreuses flaques scintillant dans le bas-côté. Je ne sais pas si c’est dû à la bise, ou aux séquelles d’un état... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:25:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]