03 septembre 2012

rentrer

Des pages se tournent, des portes se ferment, des objets rebondissent, on fait fi des habitudes. Les mondes changent. Les petits comme les grands. Il faut apprendre à regarder différemment. Avec ou sans lunettes. Le temps a changé, aussi. Pas la météo, il fait toujours aussi sec. Mais ce qui fait qu’un matin au réveil, on regarde dehors et on remarque soudain que la lumière est nouvelle, faite d’un bleu délicat égayé ça et là par quelques touches de fauve. Les ombres s’allongent et s’allègent. Il n’est plus nécessaire de déplacer la... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:18:30 - Commentaires [5] - Permalien [#]

27 août 2012

raki

La nuit tombait alors que nous revenions du cinéma. J’avais envie de m’asseoir dehors, avec peut-être un verre à la main. J’ai bien pensé te proposer une bière sur la Place d’Armes. Toutefois un moment de quiète intimité me semblait préférable, pourquoi pas sur le banc du jardin. Nous sommes sortis à tâtons, laissant allumées les lumières de la cuisine, prenant soin toutefois de fermer la porte, à cause des insectes. Nous avons traversé la pelouse, foulant d’un pas prudent les feuilles recroquevillées tombées du cerisier. Nous avons... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:56:02 - Commentaires [5] - Permalien [#]
21 août 2012

flou

J’ai passé une demi-heure dans le flou artistique. Ce rituel revient régulièrement, il me suffit de prendre place dans le fauteuil du coiffeur. Cette notion de flou soi-disant artistique me rappelle le temps où les photos de modèles graciles et savamment dénudés étaient systématiquement floutées par une sorte de brume que, personnellement, je jugeais intempestive. L’effet était tellement proche de ce qu’on perçoit à travers des lunettes sales que je n’en voyais pas l’intérêt. Ce jugement n’engage que moi, bien entendu. Tout ça pour... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:39:44 - Commentaires [7] - Permalien [#]
16 août 2012

maison bleue

Je n’avais jamais remarqué jusqu’à présent que, dans les villages aragonais, on trouvait plein de maisons bleues, adossées ou non à la colline. Il faut prendre le temps d’y venir à pied, parce qu’en voiture dans les ruelles, et sous les arcades, n’est-ce pas. Le nec plus ultra de la décadence étant le 4x4, qui ne manque hélas pas de polluer la moindre des photos, en plus de pomper l’air du flâneur ordinaire, qui pourtant ne frappe pas. Je ne me souviens déjà plus du pourquoi du comment de ces traces d’enduit bleu, un bleu pâle assez... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:23:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 août 2012

un incendie

C’était le jour le plus chaud, je crois. Je me revoyais encore, peu de temps auparavant, debout devant le comptoir de la cave, m’essuyant le front avec mon mouchoir tandis que le tenancier préparait les cartons de garnatxa. Plus tard, la voiture filait droit sur un paysage de lointains bleutés et de blés murs. La vue était vaste, je me sentais petit. Et puis oui, il y avait ce blé, comme un soleil, éclatant incongrument à la vue dans une contrée où tout n’est qu’oliviers chenus et amandiers sombres. Après avoir rangé le vin, nous... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:37:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 août 2012

place du grand sablon

C’était un samedi, en fin d’après-midi. La ville s’alanguissait, la bière miroitait aux terrasses. Au coin de la place du Grand Sablon, nous avions pris place devant un estaminet, où je laissais mes doigts s’imprégner de la fraîcheur du verre. T’aurais-je fait sursauter en les glissant le long de ton cou ? J’y ai bien pensé, mais me suis contenté de t’enlacer. Nous regardâmes passer la vie. Nous écoutâmes le tressautement des roues d’auto sur le pavé gris. Parfois nous observions des couples de touristes se photographier... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:55:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2012

entre deux eaux

Je suis en vacances, et le blogue aussi.
Posté par philg à 23:36:43 - Commentaires [9] - Permalien [#]
09 juillet 2012

nuit romane

On avait installé les gens dans une cour qui fut autrefois un cloître. Il n’y avait plus de cloître. Seuls quelques corbeaux de pierre devenus inutiles laissaient deviner qu’il y avait eu un jour une avancée couverte. De même que le sol bosselé permettait d’imaginer l’ensevelissement de colonnes et de chapiteaux. Assis sur une mauvaise chaise de plastique brunâtre, je laissai un moment mon regard errer sur la foule. Je ne sais pas si le monde est petit, mais le petit monde régional des consommateurs de culture l’est à coup sûr. Les... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:59:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 juillet 2012

en sologne

Que seront nous jours ? De quels bonheurs seront-ils écrits ? On ne peut imaginer, n’est-ce pas, que du sombre vienne gâcher les photos. En songe nous verrions la mer. Nous contemplerions le vent agitant une houle de blé murs. Sous de gros nuages noirs ? Soit. Du moment qu’il ne pleut pas. Et même si. La fenêtre d’une chambre ouverte sur le chant de l’averse martelant les tuiles. Nous nous rappellerions ensemble de ce couchant de printemps qui enflammait le papier peint suranné d’une chambre d’hôtel, quelque part en... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:36:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
29 juin 2012

le sens de la marche

L’autre matin j’ai participé à un concours de circonstances et j’ai gagné seize minutes d’attente sur le banc en alu hi-tech d’un arrêt de bus. Bon. Attendre un bus plus d’un quart d’heure à l’heure de l’embauche, et qui plus est sur une ligne dite structurante (ineptie dénichée sur le site de la compagnie), tu m’étonnes que les gens préfèrent aller en bagnole jusqu'au centre ville. Bref, toujours est-il qu’assis sur le banc en alu ail teck je lisais le bouquin désopilant que je trimballe au cas où dans ma sacoche. C’est un roman,... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:42:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]