19 janvier 2015

blasphème fumé

Le mot « blasphème » m’est venu à l’esprit, et le fou rire m’a pris. Ou peu s’en est fallu. Il n’y a pas de quoi rire ? Mais si, on peut rire de tout, même par les temps qui courent. En l’occurrence, j’étais occuper à feuilleter un magazine consacré à la cuisine, et voilà que je tombe sur une illustration représentant une scène de la Nativité. Je me demandais bien ce que cela faisait là, même si on était à la bonne saison. Je me suis alors rendu compte que, dans le berceau, on avait remplacé le petit Jésus par une... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:16:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 janvier 2015

les chaises

J’ai eu un jour sous les yeux une photo prise dans le jardin du Luxembourg un jour de pluie. La couleur dominante était celle des feuilles tombées des marronniers : orange. Une couleur chaude et gaie quand elle est celle d’une étoffe. Mais là. On voyait une rangée de troncs noirs qui s’égouttaient sur cet orange tombé et sur les chaises désespérément vides. Il se dégageait de cette image une infinie tristesse, de celles qui habillent les adieux définitifs. L’autre jour, pour me rendre de la librairie du Québec, rue Gay-Lussac, à... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:55:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 janvier 2015

abonnement

On parle beaucoup d’abonnements, ces jours-ci, à cause de Charlie. Eh bien non, je ne m’abonnerai pas à Charlie Hebdo, même s’ils ont besoin de fric, et même si je serais heureux qu’ils fassent encore longtemps partie de mon paysage. Pourquoi ? D’une part je suis moyennement friand de satires et de caricatures ; il m’arrive néanmoins d’acheter Charlie ici et là dans un kiosque, voire auprès d’un vendeur de rue ; je me souviens d’un qui nous avait raconté sa vie, en bas de la rue Mouffetard, alors que nous étions à la... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:33:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2015

les larmes aux yeux

J+4. Quatre jours après le jour de Charlie, il fait un temps superbe. Un temps à se balader dans la campagne, et tant pis pour l’eau des flaques et la gadoue. Oui mais. Ce dimanche, c’est jour de manif. La Petite téléphone pour savoir si nous y allons et, le cas échéant, si elle peut nous y accompagner. Peut-être et oui. Nous ne savons pas encore si nous voulons aller manifester une troisième fois pour Charlie. Il faut prendre la voiture, venir en ville, trouver à se garer… Bref. Nous y allons. Bien sûr, nous y allons. Nous retrouvons... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:36:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
12 janvier 2015

voyage pour charlie

Le jour de Charlie, j’ai voyagé. Ce jour-là, comme chacun de vous, j’ai été traumatisé, j’ai ressenti un chagrin immense. J’ai pleuré. Ce jour-là, aussi, j’ai pris du plaisir. J’ai voyagé. Après la manif, après avoir mangé sur le pouce chez les vrais chinois d’en face de la Poste, avec Elle, nous sommes allés au spectacle. C’était prévu. De la danse. Nous avons assisté pendant une heure à une chorégraphie que je trouvais de plus en plus envoûtante. La lumière était crue, les couleurs ternes, d’un gris bleuté assez peu festif. Aucune... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:42:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2015

manif pour charlie

Le jour de Charlie, nous nous rendons sur la place d’Armes. Un rassemblement y est organisé à 18h00, à l’appel du club de la presse local. Il est presque l’heure. Nous remontons la rue d’un pas pressé, pas question d’être en retard. Vous me direz, être en retard à une manif, quelle importance ? Et bien si. L’heure, c’est l’heure. Cela ne se discute pas. À une centaine de mètres de la place, nous percevons une sorte de clameur. J’en suis soulagé, car j’avais peur qu’il n’y ait personne. En toute humilité, je doutais que même... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2015

charlie

Le jour de Charlie, j’ai publié sur ce carnet un message de joie, puisque c’est la vocation de ce blogue, d’égrener les petits bonheurs du quotidien. C’était avant Charlie. Ou du moins avant que j’apprenne ce massacre insensé. Sinon je n’aurais rien publié. Quand ma peine est trop grande, je me tais. Me taire ? Mais c’est bien ce que veulent les salopards, les haineux et les fanatiques. Que nous nous taisions. Que se taisent tous ceux qui tiennent une plume, un stylo ou un clavier. Alors NON. Mon devoir de modeste auteur,... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:11:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 janvier 2015

sur du sable

Taire le bruit du moteur. Claquer les portières. Porter son regard. Voir les traces, les pas brouillons sur le sable envahissant. Anticiper le plaisir. Enfoncer un peu. Évaluer le contraste de vie : ici, les maisons blanches et basses, les gens qui arpentent la plage d’un pas insouciant, les chiens qui courent devant et jouent à faire s’enfuir les bandes de gravelots ; de l’autre côté du bras de mer, l’agitation lente du port de commerce en action, un cargo qui arrive, au loin un autre qui s’enfuit. Et le bruit. Se laisser... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:47:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2014

le chêne à voeux

Le tapis de feuilles tombées était trompeur : nous avions glissé à plusieurs reprises sur le sol glaiseux. Au centre d’une clairière, un chêne majestueux nous tendait ses branches. Nous triturions notre mémoire, à la recherche de légendes enfouies, où il serait question de magie. Nous levions les yeux vers le ciel, enserré dans les branches nues que par moment un soleil timide illuminait. On pouvait imaginer n’importe quoi de terrifiant, les contes regorgeant de maléfices. Toutefois mon optimisme chronique me faisait voir des... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:48:54 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
19 décembre 2014

l'envers du décor

Bientôt je connaîtrai l’envers du décor. Pour quelques jours de vacances, je vivrai dans l’envers du décor. Le décor, ou son envers en l’occurrence, reste pour moi le lieu des vacances. Je m’explique. Le décor que j’évoque est celui que j’apercevais autrefois depuis la chambre que j’occupais chez ma grand-mère, lors de mes périodes de farniente. Un pré à l’herbe grasse. Quelques montbéliardes. Au loin, la ligne sombre de la forêt, dominée, lorsqu’il faisait beau, par l’échine bleutée des premiers monts. En bas du pré, la silhouette... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:33:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]