07 décembre 2016

philosophe

  Luc Ferry, le ministre philosophe, parle de bonheur à la radio. Du bonheur. On pourrait évoquer des sujets plus idiots ou plus sinistres. L’homme parle bien. Je suis dans la voiture, avec Elle. Nous écoutons. Nous recevons ses paroles avec plaisir. Je ne sais pas si je lirais volontiers un livre sérieux parlant de philosophie et de bonheur. Alors capter les mots à la radio me convient très bien. J’aurais aimé pouvoir converser plus longuement avec ce grand homme, que j’ai eu l’occasion de rencontrer. C’était il y a deux... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:03:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

09 novembre 2016

jalons

J’ai vu des geais. Ils aiment bien traverser les routes. Y compris dans le brouillard. Je sais ce que dirait Gilbert : saloperies de geais ! Font-ils des dégâts dans les jardins ? Je ne sais pas. J’ai envoyé un texto à Elle, et je le lui ai dit, j’y tenais. J’ai vu des geais. Ils ne font aucun dégât dans nos cœurs. Ils sont nos témoins. Ils ont scellés des choses entre nous, alors même que nous vivions des moments difficiles. Ou peut-être à cause de ça. Les geais, comme ciment de notre lutte, au même titre que les... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:32:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 novembre 2016

vignoble

Nous roulions depuis quelques heures dans le brouillard. Puis le temps s’était levé, comme on dit,  sans pour autant que le soleil n’apparaisse. Pour cela il nous faudrait attendre d’avoir passé la Saône. Soudain, alors que nous filions dans la descente à quatre voies du col des Baudots, 400 et quelques mètres d’altitude, j’avais été frappé par l’impression d’une grande luminosité : les coteaux resplendissaient d’un jaune éclatant, voire de quelques taches d’un vif orangé, et j’ai supposé que c’était là la livrée automnale... [Lire la suite]
Posté par philg à 11:55:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2016

lasalle

J’ai tenté de retrouver les lieux d’il y a quarante ans. Physiquement je les ai trouvés, bien sûr, il suffit de savoir lire une carte et de suivre la bonne route, et fi des GPS et autres machins du genre. Quand je dis la « bonne » route, je me comprends, j’en parlerai peut-être une autre fois. Disons qu’il s’agit de la route exacte. Donc : retrouver les lieux. Plus exactement retrouver le souvenir des lieux. Exercice périlleux, car souvent décevant. Nous sommes arrivés par une route étroite qui n’éveillait en moi... [Lire la suite]
Posté par philg à 17:08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2016

un jour comme un autre

Un vendredi matin. Un vendredi de travail. Un vendredi d’été. Un jour comme les autres : aujourd’hui. Il fait beau et doux, un jour d’été normal. Je sors du parking. Celui de la boîte ou le parking public, peu importe. J’actionne l’ouverture du sas avec mon badge. J’enregistre mon horaire d’arrivée à la pointeuse. Plus que trois passages. Couloir, escalier, porte d’entrée du service. Le dernier matin. On s’amuse, on m’acclame, un ban pour le chef ! Je ris de bon cœur. Je fais la tournée des présents, une bise par ci, une... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:19:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 août 2016

le premier jour du reste de ma vie

Le premier jour du reste de ma vie sera un samedi. Il fera suite à un vendredi, ce qui est normal, un vendredi qui sera le dernier jour de ma vie de travailleur. Un samedi, ça ne compte pas dans ma vie de travailleur, enfin pas souvent. Le samedi est un jour de marché et d’apéro. Ou de découverte. Ou de maison. Ou d’amour. Ou de rien. Ou de tout à la fois. Ça dépend de l’humeur. Un samedi peut-il être un premier jour de ce qui restera ? Repoussons donc au lundi suivant. Non j’ai encore un sursis. Disons jusqu’au mercredi qui... [Lire la suite]
Posté par philg à 11:28:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 juin 2016

radio en grève

Aujourd’hui, jour de grève à la radio. Je prépare le petit déjeuner. Je vais chercher Elle, encore ensommeillée. Au radar, elle s’assoit. Je ne sais pas si elle s’en aperçoit, ou plutôt je fais semblant de ne pas savoir, pour le jeu, alors je le lui dis : ils sont en grève. Nous soupirons, parce que ça fait comme une épine plantée dans le gras de notre semaine. Parce que, vu que nous regardons peu la télé et que nous n’achetons pas le journal, nous écoutons habituellement les infos du matin à la radio qui cause, en même temps que... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:14:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 juin 2016

l'atelier

J’ai voyagé en enfance. On pourra aisément me faire remarquer que ce n’est pas la première fois. Évidemment. Même si la maison qu’habitaient autrefois mes grands-parents est méconnaissable, crépie comme elle l’est dans un ton légèrement rosé, je voyage forcément en enfance dès l’instant que je me trouve dans les parages. J’ai du mal à me souvenir de l’apparence du jardin autrefois. À dix ans, le sujet ne m’intéressait pas, d’autant qu’il fallait traverser la cave pour s’y rendre. Un périple effrayant dans l’obscurité et les toiles... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:29:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2016

le Petit José

J’étais tout gamin, j’avais quoi, dix ans peut-être. Je revois mon grand-père, assis sur une chaise ordinaire, devant son bureau (qui est devenu par la suite le bureau de mon père), ayant pris soin d’avoir suffisamment de recul pour accueillir mon cousin sur ses genoux. Je le revois heureux comme tout, murmurant les choses qu’on raconte habituellement aux gamins, en français ou en alsacien, ça je ne m’en souviens plus. Je me rappelle surtout que, pour lui, mon cousin était « le Petit José ». J’ignore pourquoi il lui avait... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:09:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 mai 2016

Romain Rolland

Parfois j’habite rue Romain Rolland. Habiter une rue portant le nom d’un écrivain est une satisfaction pour le grand lecteur que je suis. D’autant que certaines des plaques émaillées un peu vieillottes qui jalonnent la rue indiquent « Romain Rolland, écrivain du peuple ». Je n’aurais certes pas apprécié qu’on nomme la voie de manière ostentatoire du nom d’un écrivain des riches ou d’un écrivain des rois. Écrivain du peuple me convient à ravir. Je crois, à mon grand dam, que je n’ai jamais lu une ligne de Romain Rolland. Ou... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:51:18 - - Commentaires [8] - Permalien [#]