19 mai 2018

racoin

Dans la matinée, je sors acheter du pain. En bas de la rue, de l’autre côté de la palissade, l’écheveau des voies ferrées fait silence. C’est jour de grève. A l’autre extrémité de la rue s’agglutinent en grappes les lycéens. Vu l’heure, ils devraient être en cours. Peut-être là aussi est-on en grève. Je bifurque dans une rue adjacente. Je tiens à profiter, gorger mon regard de l’harmonie architecturale des modestes amiénoises blotties les unes contre les autres. Amiénoise : ainsi nomme-t-on les maisons populaires traditionnelles... [Lire la suite]
Posté par philg à 06:17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2018

les arques

Après une dernière montée de la route étroite, voici enfin le village. Un parking à droite. Elle se gare et coupe le moteur. Nous sortons de la voiture. Le silence nous accueille. On ne le dira jamais assez, mais la notion de silence est illusoire. En ce printemps revenu (tardivement), les oiseaux donnent de la voix. Rien d’exotique. Des mésanges, des chardonnerets, des moineaux. Au loin le doux chant d’une tondeuse nous rappelle la présence de l’humain. Nous sommes en manches courtes pour la première fois de l’année. Il était temps.... [Lire la suite]
Posté par philg à 11:28:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mars 2018

frisson

Nous roulons vers la ville, radio allumée sur les souvenirs. Cette semaine on commémore mai 68. Hier soir, les invités d’une émission étaient consultés sur les mots : à propos de cette tranche de vie symbolique doit-on dire tout simplement 68, ou bien les évènements de 68, ou encore je ne sais plus quoi, la brèche je crois. La plupart ont répondu comme je l’aurais fait moi-même : 68. Pour en revenir à notre trajet motorisé, la plupart des émissions du moment sont illustrées par des musiques de l’époque. Et voilà qu’à... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:36:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mars 2018

rails

Je ne sais pas si vraimant j'avais atteint l'âge de 1000 kilomètres. A la réflexion, il me semble que j'étais beaucoup plus vieux que cela. En fait le kilomètre était inscrit dans mes gènes. Cela me venait de mon arrière-grand-père que je n'avais pas connu, celui qui était chauffeur. Je me souviens qu'enfant je lui rendais parfois visite au cimetière, tenant sagement la main de ma grand-mère, sauf quand je lui échappais pour ramasser des cailloux aux empreintes de coquillages. Nous passions non loin des voies ferrées et j'étais ébloui... [Lire la suite]
Posté par philg à 11:58:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 janvier 2018

pensées

Quelques jours avant la Toussaint, je me suis rendu chez le pépiniériste de mon village afin d’y acheter des compositions florales à déposer sur les tombes des miens au cimetière de Dole : une pour mon père et l’autre pour mes grands-parents. J’ai ainsi déniché deux jolis ensemble comportant des plantes a priori résistant aux gelées, et des pensées fleuries de joyeuses couleurs, jaune vif pour l’une et orangé pour l’autre. Depuis cette date je me suis rendu au moins plusieurs fois à Dole (à environ 500 kilomètres de la maison).... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:40:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 décembre 2017

albums photos

Mon tout premier roman, écrit au début des années 90, au crayon sur une ramette de papier car n’ayant pas d’ordinateur à cette époque et donc pas de traitement de texte, s’intitule « Le petit déjeuner » en référence à un tableau cubiste de Juan Gris. Ce texte n’a jamais été publié car très personnel, et sans doute aussi très brouillon, le style se bonifiant avec l’expérience sinon avec l’âge. Peut-être le retravaillerai-je un jour. En attendant ce ne sont pas les projets qui manquent. Dans ce texte le personnage principal... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:47:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 octobre 2017

raisin

Nous étions début septembre, un lundi. Nous avions consulté la météo. Contrairement à celle de la veille elle était prévue clémente. Pourtant, s’il n’y avait qu’un nuage, il serait pour nous. Un gros nuage. Nous venions à peine de quitter les remparts de la citadelle quand nous dûmes nous résoudre à passer nos capes de nylon, que nous savions déjà être assez peu imperméables. En marchant nous avons atteint les abords du marais. Le soleil apparut, chaud immédiatement. La terre transpirait. Au loin le marais miroitait. Nous avons... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:00:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2017

Devant le seuil

Mon troisième roman est paru chez Editions de la Rémanence ! Un texte qui me tient particulièrement à coeur...
Posté par philg à 22:27:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 septembre 2017

la poste écossaise

En Ecosse il existe encore de ces célèbres cabines téléphoniques rouges, souvent associées à l’image qu’on se fait de Londres. En fonction de la densité de l’habitat, certaines d’entre elles semblent avoir été posées au milieu de nulle part, telle celle que j’ai photographiée en surplomb du loch Inchard, à l’extrême nord-est du pays. Ces cabines sont-elles encore en fonction, ou bien sont-elles vides à l’instar des rares qu’on rencontre encore en France ? Si elles fonctionnent, permettent-elles une conversation en temps réel, ou... [Lire la suite]
Posté par philg à 17:56:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 août 2017

le lac des cygnes

Simonne est partie sur un air du Lac des Cygnes. Mon émotion n’était déjà pas feinte, mais quand les notes sublimes ont retenti sous la voûte romane, bien qu’émises par un modeste lecteur portatif, un long frisson incontrôlable a parcouru mon dos. Il est dur de retenir ses larmes quand un être cher nous quitte, et sur une telle musique. J’ignore si dans sa jeunesse Simonne était danseuse. Je ne crois pas. Je l’ai déjà entendu dire qu’elle aimait la gymnastique. Alors pourquoi pas la danse. En tous cas, à ma connaissance, elle ne... [Lire la suite]
Posté par philg à 11:48:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]