05 août 2015

courage

Du courage. Ce qu’il faut pour supporter le poids des jours, le poids du ciel. Les jours qui se font dans les trames qui se détricotent inlassablement, le ciel du plus en plus présent, à travers les trames ajourées jusqu’à disparaître. Du courage, il en faut toujours, face aux jours qui se dilatent, face aux piliers qui se délitent, face aux phares qui s’obscurcissent. Mes mots sont obscurs, peut-être. Qu’on m’excuse : ils sont jaillis automatiquement à la suite du premier cité, courage, ce dernier entendu dans une cage... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:49:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 août 2013

le bout du rouleau

Je me souviens avoir lu pour la radio, il y a quelques mois, un extrait de Caravan finissant ainsi : « j’étais au bout du rouleau. Est-ce qu’on sait ce qu’il y a, derrière le bout du rouleau ? » Vaste question, n’est-ce pas. Sidérale. Équivalant à se demander ce qu’on pourra trouver si on creuse le fond du trou. Ou si on s’envole au-dessus du septième ciel. Les phrases absurdes ne se limitent pas aux sentiments négatifs. Au dessus, donc, du septième ciel : une explosion de plaisir, j’imagine, et le néant au... [Lire la suite]
Posté par philg à 21:24:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 août 2010

myrte

Lors d’un repas entre amis, les libations se sont terminées par une liqueur de myrte originaire de Corse. J’ai tenté d’écrire quelques mots où il était question de cette myrte, des mots que je n’ai pas enregistrés parce qu’ils ne me satisfaisaient pas, et que par conséquent tu ne liras pas. Entre parenthèses, je me suis demandé pourquoi Word me soulignait la myrte. S’il y avait un plug-in moralisateur accroché au dos du logiciel, tel un impitoyable ixode. Tu vois. Genre, vilain garçon, ce n’est pas bien de picoler comme ça, même si tu... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:38:44 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
21 novembre 2009

civile

Faut faire vachement gaffe à ce qu’on fait, quand on conduit. Pas se laisser distraire par l’effet de surprise, voire par le fou rire. Si on ne veut pas atterrir au fossé. Parce qu’on entend de ces trucs, à la radio. Par exemple, il se dit qu’un parti politique quelconque, inutile de le nommer et de lui faire une pub éventuellement imméritée, s’apprête à recruter des colistiers dans la société civile. Comprenons par là qu’il s’agit de recruter des types qui font un vrai travail, et que ledit travail leur a procuré une... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:27:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 mars 2009

gaura

Je pourrais être Agoraphobe Mais pas Gauraphobe Voici des années que Les tiges échevelées Du gaura blanc ont déserté Mon jardin Se sont évadées Peut-être Par la grille Ouverte sur le monde Et m’en voici fort marri Je ne sais si je pourrais être Agoraphile Mais gauraphile Je le serais sûrement Voici venir Les jours heureux Où nous fourbirons Bêches et plantoirs. Des vivaces amoureusement J’enfouirai les racines Et, pourquoi pas, Fleuriront Les... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:31:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
14 février 2009

nostalgie

Au détour d’un blogue ami, j’ai lu quelque chose comme l’évocation d’une « douce nostalgie ». Voilà qui n’a pas manqué d’animer en moi une vague de protestation intérieure. Car, quoi, comment la nostalgie peut-elle offrir de la douceur ? Si l’on s’en tient au sens ordinaire du mot, la nostalgie est un état de dépérissement ou de langueur causé par le regret obsédant du pays natal, ou encore le regret mélancolique d’une chose révolue (voir la définition donnée par le Robert). Le mot contient « algie », n’est-ce pas, ce qui signifie... [Lire la suite]
Posté par philg à 17:24:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 juillet 2008

le trou du dimanche

Il y a des matins, comme aujourd’hui, où je me réveille en culottes courtes, le cheveu en brosse et une tête de bon garçon, allez savoir pourquoi. Je n’ai même pas avalé de salive de travers, pas même un moustique, ce qui aurait pu me réveiller en sursaut. Non, rien de tout ça. Et pourtant, au lieu du radioréveil, j’entends la voix frêle et amusée de ma grand-mère s’étonnant ainsi : « c’est passé par le trou du dimanche ? » tandis que je m’étouffais et éructais et en avais le nez en feu et les larmes aux yeux. Le trou du... [Lire la suite]
Posté par philg à 09:33:12 - - Commentaires [5] - Permalien [#]