26 mai 2017

le baiser

C’était un mardi de mai, un mardi exceptionnellement chaud. Nous avions tenté une randonnée au départ de Saint-Pierre, un trajet balisé qui nous conduirait au milieu du silence, dans le marais. Je ne disserterai pas ici sur la notion de silence. Je sais bien que le vrai silence n’existe pas, notamment là où fusent sans relâche les trilles des oiseaux, même pour un homme à l’ouïe fatiguée tel que moi. En chemin nous avons trouvé un jardin. Un havre d’ombres et de couleurs, à l’abri du soleil implacable. Nous avons visité le jardin,... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:06:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 février 2017

seringat

Je lis un roman vietnamien auquel je trouve un côté un peu lancinant, lent ; peut-être est-ce le propre de la littérature asiatique. Tout à coup je m’évade. Mes yeux se ferment doucement. Le livre se referme sur mes doigts. Il n’est pas encore près de me tomber sur le nez. Je suis toujours présent et déjà parti. Je nage entre deux eaux. Soudain je vois un fond de ciel d’un bleu profond sur lequel se détache le fouillis inextricable des branches du seringat que j’ai entrepris de tailler, juché sur un escabeau instable dont les... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:59:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 décembre 2016

philosophe

  Luc Ferry, le ministre philosophe, parle de bonheur à la radio. Du bonheur. On pourrait évoquer des sujets plus idiots ou plus sinistres. L’homme parle bien. Je suis dans la voiture, avec Elle. Nous écoutons. Nous recevons ses paroles avec plaisir. Je ne sais pas si je lirais volontiers un livre sérieux parlant de philosophie et de bonheur. Alors capter les mots à la radio me convient très bien. J’aurais aimé pouvoir converser plus longuement avec ce grand homme, que j’ai eu l’occasion de rencontrer. C’était il y a deux... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:03:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
09 novembre 2016

jalons

J’ai vu des geais. Ils aiment bien traverser les routes. Y compris dans le brouillard. Je sais ce que dirait Gilbert : saloperies de geais ! Font-ils des dégâts dans les jardins ? Je ne sais pas. J’ai envoyé un texto à Elle, et je le lui ai dit, j’y tenais. J’ai vu des geais. Ils ne font aucun dégât dans nos cœurs. Ils sont nos témoins. Ils ont scellés des choses entre nous, alors même que nous vivions des moments difficiles. Ou peut-être à cause de ça. Les geais, comme ciment de notre lutte, au même titre que les... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:32:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 août 2016

un jour comme un autre

Un vendredi matin. Un vendredi de travail. Un vendredi d’été. Un jour comme les autres : aujourd’hui. Il fait beau et doux, un jour d’été normal. Je sors du parking. Celui de la boîte ou le parking public, peu importe. J’actionne l’ouverture du sas avec mon badge. J’enregistre mon horaire d’arrivée à la pointeuse. Plus que trois passages. Couloir, escalier, porte d’entrée du service. Le dernier matin. On s’amuse, on m’acclame, un ban pour le chef ! Je ris de bon cœur. Je fais la tournée des présents, une bise par ci, une... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:19:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 août 2016

le premier jour du reste de ma vie

Le premier jour du reste de ma vie sera un samedi. Il fera suite à un vendredi, ce qui est normal, un vendredi qui sera le dernier jour de ma vie de travailleur. Un samedi, ça ne compte pas dans ma vie de travailleur, enfin pas souvent. Le samedi est un jour de marché et d’apéro. Ou de découverte. Ou de maison. Ou d’amour. Ou de rien. Ou de tout à la fois. Ça dépend de l’humeur. Un samedi peut-il être un premier jour de ce qui restera ? Repoussons donc au lundi suivant. Non j’ai encore un sursis. Disons jusqu’au mercredi qui... [Lire la suite]
Posté par philg à 11:28:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 juin 2016

l'atelier

J’ai voyagé en enfance. On pourra aisément me faire remarquer que ce n’est pas la première fois. Évidemment. Même si la maison qu’habitaient autrefois mes grands-parents est méconnaissable, crépie comme elle l’est dans un ton légèrement rosé, je voyage forcément en enfance dès l’instant que je me trouve dans les parages. J’ai du mal à me souvenir de l’apparence du jardin autrefois. À dix ans, le sujet ne m’intéressait pas, d’autant qu’il fallait traverser la cave pour s’y rendre. Un périple effrayant dans l’obscurité et les toiles... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:29:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2016

le Petit José

J’étais tout gamin, j’avais quoi, dix ans peut-être. Je revois mon grand-père, assis sur une chaise ordinaire, devant son bureau (qui est devenu par la suite le bureau de mon père), ayant pris soin d’avoir suffisamment de recul pour accueillir mon cousin sur ses genoux. Je le revois heureux comme tout, murmurant les choses qu’on raconte habituellement aux gamins, en français ou en alsacien, ça je ne m’en souviens plus. Je me rappelle surtout que, pour lui, mon cousin était « le Petit José ». J’ignore pourquoi il lui avait... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:09:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 avril 2016

gato barbieri

Ce matin, pendant que je me range sur le parking de la gare, j’entends à la radio l’indicatif d’une émission disparue depuis longtemps. Enfin je suppose, parce que même si je n’ai jamais écouté cette émission, je sais que l’animateur en est décédé depuis quelques années. On nous incite à deviner l’auteur de ces quelques notes de saxophone et, sans spécialement connaître le morceau dont elles sont tirées, je suis tout fier de savoir répondre, car un tel son est identifiable entre tous, une musique que, dans mon imagerie personnelle,... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:23:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
08 mars 2016

en suivant le courant

Ancré dans un samedi frais, je suivais le courant. La radio annonçait de la neige et des bourrasques, ailleurs, pas toujours très loin. Si on y ajoutait le va et vient habituel des vacanciers à cette saison, la route pourrait s’avérer difficile pour certains automobilistes malchanceux. Je n’étais pas concerné. J’en étais bien aise. Hormis quelques giboulées, il faisait beau. Je suivais le courant. C’est quelques jours plus tard qu’il me vient à l’esprit que j’étais ancré dans quelque chose et qu’en même temps je suivais un courant.... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:04:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]