11 septembre 2017

la poste écossaise

En Ecosse il existe encore de ces célèbres cabines téléphoniques rouges, souvent associées à l’image qu’on se fait de Londres. En fonction de la densité de l’habitat, certaines d’entre elles semblent avoir été posées au milieu de nulle part, telle celle que j’ai photographiée en surplomb du loch Inchard, à l’extrême nord-est du pays. Ces cabines sont-elles encore en fonction, ou bien sont-elles vides à l’instar des rares qu’on rencontre encore en France ? Si elles fonctionnent, permettent-elles une conversation en temps réel, ou... [Lire la suite]
Posté par philg à 17:56:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 janvier 2017

celui qui vient à elle

Une photographie en noir et blanc, tirage argentique à l’ancienne. Une femme est assise sur un lambeau de monument sculpté, quelque part en Egypte. Entre parenthèse je me demande si le photographe ne conserve que des images bizarres de ses voyages. Peut-être ne sont-ce que celles qu’il décide d’exposer. Je crois que personnellement je ne ferais pas ça, je n’oserais pas afficher le regard poétique. Décalé, dit-on. Donc sur cette roche d’Egypte sculptée, une femme se tient assise, occupée à triturer je ne sais quel objet qui pourrait... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:19:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
05 janvier 2017

le cid

Perchée sur une racine de la bruyère, une corneille boit l’eau de la fontaine Molière. Voici à peu près la phrase mnémotechnique que me faisait apprendre ma mère afin d’enregistrer les noms des auteurs majeurs du XVIIème siècle. Je ne suis pas grand connaisseur en matière de théâtre, et notamment de théâtre classique. Je me souviens du supplice que représentaient pour moi en seconde les cours de français. Et dire que j’ai redoublé cette classe. Je me suis longtemps demandé si le professeur n’éprouvait pas un plaisir sadique à nous... [Lire la suite]
Posté par philg à 15:36:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 janvier 2015

les déchets ont une âme

Elle et moi, nous raffolons du street art. Nous aimons que les murs nous parlent, si possible avec poésie. Nous immortalisons les œuvres éphémères sur nos cartes mémoires. Nous avons même des spécialités : à moi les pochoirs, à Elle les « morpions » en mosaïque signés Invader. Lorsque nous en avons l’occasion, nous nous rendons dans les expositions consacrées à l’art des rues. C’est ce que nous avons fait hier, avec grand plaisir. L’exposition occupait deux étages de la Fondation EDF, et… je ne vous en parlerai pas.... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:22:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 janvier 2015

blasphème fumé

Le mot « blasphème » m’est venu à l’esprit, et le fou rire m’a pris. Ou peu s’en est fallu. Il n’y a pas de quoi rire ? Mais si, on peut rire de tout, même par les temps qui courent. En l’occurrence, j’étais occuper à feuilleter un magazine consacré à la cuisine, et voilà que je tombe sur une illustration représentant une scène de la Nativité. Je me demandais bien ce que cela faisait là, même si on était à la bonne saison. Je me suis alors rendu compte que, dans le berceau, on avait remplacé le petit Jésus par une... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:16:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 janvier 2015

voyage pour charlie

Le jour de Charlie, j’ai voyagé. Ce jour-là, comme chacun de vous, j’ai été traumatisé, j’ai ressenti un chagrin immense. J’ai pleuré. Ce jour-là, aussi, j’ai pris du plaisir. J’ai voyagé. Après la manif, après avoir mangé sur le pouce chez les vrais chinois d’en face de la Poste, avec Elle, nous sommes allés au spectacle. C’était prévu. De la danse. Nous avons assisté pendant une heure à une chorégraphie que je trouvais de plus en plus envoûtante. La lumière était crue, les couleurs ternes, d’un gris bleuté assez peu festif. Aucune... [Lire la suite]
Posté par philg à 12:42:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2014

danse

C’était une soirée festive. La joie était parmi nous. Nous nous contentions de sourire et de bouger. Pour échanger des paroles, il nous aurait fallu sortir et nous éloigner sur le boulevard. Nous n’en éprouvions pas l’envie. La villa crachait ses décibels sur le quartier. À l’intérieur se produisait un orchestre traditionnel avec chanteur, dont j’appréciais les accents parfois andalous. Dehors, les invités étaient accueillis à grand renfort de trompes et de percussions, jouées par des hommes en rouge dont on disait qu’ils étaient... [Lire la suite]
Posté par philg à 21:57:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 novembre 2014

les livres qui ont marqué votre vie

  J’ai lu quelque part ces mots : « les livres qui ont marqué votre vie. » Avec un point tout court ou avec un point d’interrogation ? Je ne sais plus. Mon regard a aussitôt fui. Toujours est-il que cela m’a interpellé. Ce serait une bonne question, de savoir quels livres ont marqué ma vie. Mais une question difficile. Comment répondre ? J’en ai lu tant. Pas assez, certes, mais beaucoup quand même. Et ma mémoire s’extériorise difficilement sur commande. Je suppose que nombreux parmi eux sont ceux qui... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:09:02 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
22 septembre 2014

mouton

Nous vivons dans une ville de moutons. Ou tout du moins la ville est cernée de faubourgs à moutons car, il faut le savoir, le bétail s’aventure encore fort peu dans le centre. J’ignore d’où viennent ces ovins facétieux. Ils ont été collés çà et là sur des murs, des vitrines de locaux désaffectés ou pas encore affectés, des transfos électriques et éclectiques, des poteaux, des feux tricolores… les stabulations urbaines sont multipliables à l’infini. Qui a collé les moutons ? Bonne question. Je ne connais pas la réponse. Il faut... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:50:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
30 juin 2014

jazzellerault

C’était un soir de musique en même temps qu’un soir d’orage. La conjonction des deux notions est ici fortuite. Bien sûr on pourrait imaginer qu’un orage produit de la musique, il pourrait inspirer des compositeurs, et je présume que cela a déjà été le cas. Certaines musiques sont suffisamment cacophoniques pour être taxées de vacarme, au même titre qu’un coup de tonnerre. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas le cas : nous étions partis écouter de la musique de fort bon aloi. Pour nous rendre à Châtellerault, nous avons pris... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:12:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]