13 octobre 2008

château

Une balise clignotait au loin, comme en marge de la vie. Du tréfonds de la mémoire surgissaient soudain des images oubliées depuis longtemps, un château fort dressé en vigie au bord d’une sombre vallée. L’enfant abreuvé de contes levait un regard apeuré vers les ruines menaçantes, tout en se tassant sur la banquette arrière de la voiture. Regard apeuré, mais néanmoins obligé. La sentinelle de pierre agissait tel un aimant. Aussitôt aperçu, parfois le château s’éclipsait, oui, parce qu’une autre sentinelle veillait un... [Lire la suite]
Posté par philg à 19:30:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 septembre 2008

rencontre

Quand j’étais gamin, il y a eu une époque où trois grands chiens noirs batifolaient dans la rue, sans doute suivis de loin par leur maître, sans doute pas méchants, comme ils disent toujours. N’empêche que j’en avais un peu peur, comme de tous les chiens un peu grands, et que j’étais bien content d’être à l’abri derrière la grille. Et puis comme c’était aussi l’époque où on bâtissait à tout va, on voyait parfois passer des camions transportant de la terre ou des gravas ou je ne sais quoi, des camions d’un vert assez moche tirant... [Lire la suite]
Posté par philg à 20:57:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 août 2008

à la grille

Pour ce qui est de la couleur ambiante, je revois du vert fatigué, des reflets orange… un peu comme si on était, disons, tiens, comme maintenant, en fin d’été, lorsque la luminosité commence à changer. C’était peut-être le cas, finalement. Fin août était peut-être ma période préférée pour m’ennuyer délicieusement en encastrant mon visage d’enfant dans un des losanges de la grille de métal pour observer les mouvements de la rue. Le trafic n’était pas alors ce qu’il est devenu. J’avais le temps d’entendre la voiture arriver et de... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:41:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 août 2008

petite bière

J’aime bien la bière. Surtout fraîche. Et légère. Notamment lorsqu’il fait chaud. Mais j’y regarde toujours à deux fois avant de porter la chope à mes lèvres. C’était au temps où la banlieue se construisait frénétiquement. Une hideuse lèpre de béton s’emparait des champs et des bois. Irrémédiablement. En ce temps-là mon père occupait le plus clair de son temps libre au jardin, à bêcher, sarcler, biner, semer, tailler, ratisser, tondre. J’entends encore le bruit caractéristique de sa vieille tondeuse à main aux lames en... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 juillet 2008

pop club

Cela faisait quelques temps que le diable ne se tapissait plus sous mon lit, la nuit. Encore que. J’écoutais en sourdine le pop-club de José Arthur. J’y pense parce que c’est pas croyable les souvenirs qu’il raconte en ce moment à la radio. J’avais donc l’oreille gauche pour ainsi dire rivée au poste, un vieux transistor Radiola rouge et gris que mes parents avaient remisé lorsque la télé avait fait son apparition dans notre foyer. Le grillon cathodique chantant les bienfaits des petits pois qu’on devrait toujours avoir chez... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:03:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 juillet 2008

parfum d'herbe

Le soleil a disparu derrière l’horizon. Mu par une fascination enfantine, je regarde la braise qui rougeoie encore sur la surface cimentée cernée de briques dont je me sers pour faire les grillades. Et voila que soudain je suis assailli par l’odeur, vous savez un de ces moments fugitifs qui distillent des frissons de plaisir et allument des flashes de souvenirs. Ça sent le foin. Plus exactement l’herbe récemment coupée. C’est normal, j’ai tondu la pelouse, et les voisins ont fait de même. C’est joli, une pelouse... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:20:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 juin 2008

en forêt

Nous faisions de longues promenades dans la forêt. Le vent des cimes agitait doucement les flèches des épicéas, comme une promesse de fraîcheur qui ne venait pas. En bas, sur le chemin poussiéreux, nous transpirions parmi le vrombissement sourd et incessant des insectes. Parfois nous atteignions la zone des prairies aux milliers de fleurs où paissaient des vaches noires et blanches. Une vague angoisse m’étreignait si d’aventure on trouvait des bouses fraîches sur le chemin, qui pouvaient prouver que l’une ou l’autre s’était... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:51:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 mai 2008

le pommier

On va se faire un pommier, avait dit Jacques. Un pommier ! Certes. Et soit. Il avait expliqué, c’est le cocktail national de chez nous, au fond du bout de la Bretagne. Chouette, avais-je répliqué, j’adore le jus de pomme. Et nous avions continué de déambuler dans la touffeur du début d’été. Nous déambulions, oui. Le samedi après-midi. Quelques fois à pied. Le plus souvent en solex. En soldo, on disait. Ou en voiture, c’était d’un grand chic depuis que j’avais mon permis et une vieille 4L bleu marine. A trois vitesses,... [Lire la suite]
Posté par philg à 08:49:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 mai 2008

une saine jeunesse

Nous chantions et nous dansions. Nous ne buvions pas. Nous fumions peu. Ah quelle saine jeunesse ! Les soirées du samedi se passaient comme ça, dans la bonne humeur. Nous nous observions parfois à la dérobée. Fille et garçon. Un émoi passager empourprait nos joues. Nous restions sages. Des doigts parfois se nouaient en secret. Des couples se formaient. De gentils couples promis à un avenir commun. Dieu les surveillait. Nous chantions et ne buvions pas. Cela me convenait. Cela me suffisait. Le désir était... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:56:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 avril 2008

kaléidoscope

J’avais été un jour l’heureux propriétaire d’un de ces tubes de carton remplis de verroterie colorée qui se reflétait dans les miroirs disposés en prisme. Je rivais mon œil à l’orifice prévu pour cela et ravi j’observais les figures changeantes qui s’organisaient de façon aléatoire. Je sais à présent le fonctionnement de cet objet très simple autant qu’inutile, mais à six ou sept ans, tout cela était merveilleux, vous pensez bien. Le plus bizarre, c’est que je me revois viser la lumière en regardant dans le kaléidoscope, par... [Lire la suite]
Posté par philg à 17:39:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]