12 novembre 2010

les routes du dimanche

Nous avions parcouru ces routes. Nous le faisions le dimanche. Après le rôti et les frites et la tarte aux pommes. Pas le café. Pas pour moi, du moins. J’avais dix ans. J’attendais le moment où enfin j’allais pouvoir me vautrer sur le siège arrière de la 203. Mon oncle a possédé d’autres autos. Mais celle-là. La 203. Rien n’a jamais été aussi enthousiasmant. J’aimais le chant de la 203. Nous parcourions ces routes. C’étaient souvent les mêmes. Le dimanche. Il y a longtemps. J’avais la tête calée au coin de la... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:05:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 octobre 2010

les chaises

Je me souviens d’une chanson de Jacques Higelin où il était question d’une chaise en lanières de plastique. Une belle. Bien kitsch. Enfin. Quand je dis que je me souviens. C’est pour illustrer. Parce que la chanson. Je suis bien incapable de me rappeler des paroles de quoi que ce soit. Même si touche à tout sauf à la moustiquaire. Tu vois. Moi je me souviens que cette chanson me rappelait les chaises de Ganges. Voilà. Rien de plus. Et je me souviens de ça avec une joie délectable. Parce que Ganges et parce que les garrigues.... [Lire la suite]
Posté par philg à 10:48:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
20 juillet 2010

musique aquatique

Le temps est élastique. Parfois. J’ai cette impression là. Je revois le rayon textile d’un supermarché, il y a quelques mois. Cela me paraît si vieux. Des siècles, peut-être. Les rayons textiles des supermarchés devraient être rayés de la carte du monde, au même titre que les chardonnerets et les cigales. Ça me donnerait le pouvoir d’oublier. C’est une illusion, bien sûr. Le temps est élastique. Je me rends à la machine à café. Je suis distrait mais je parviens néanmoins à insérer ma monnaie là où il se doit, à paramétrer... [Lire la suite]
Posté par philg à 14:32:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 juillet 2010

tambours

La scène était une pelouse. Elle était cernée sur un côté par une série de gradins. Il aurait fallu s’y asseoir de bonne heure, ce que nous n’avons pas fait. Nous étions donc assis sur une des marches d’accès. Les dos des spectateurs nous cachaient l’espace où se déroulerait le concert. L’heure prévue était dépassée depuis plus d’un quart d’heure. Quelqu’un a parlé de la demi-heure africaine. C’était pour conjurer le quart d’heure poitevin. Le retard mesuré à l’aune de la géographie. Soudain on a entendu le bruit. La... [Lire la suite]
Posté par philg à 16:30:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
29 juin 2010

citadelle

L’image la plus présente que j’ai conservée de ce lieu, bien que j’y sois retourné il y a peu d’année, date de notre voyage de noces. Nous sommes jeunes, certes. Mais ça date quand même. C’était le soir. Nous étions assis face à face, près d’une immense baie vitrée. La table du restaurant était couverte d’une nappe blanche, ce n’est pas tellement original. Je ne me souviens plus de l’éventuelle présence d’un bouquet de fleurs. Ou d’une petite lampe qui aurait donné une impression d’intimité. Je crois que nous ne nous lassions... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:18:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 juin 2010

la sieste

Je n’ai jamais aimé faire la sieste. Du moins, lorsque j’étais enfant je détestais cela. Et pourtant j’ai gardé des souvenirs heureux de mes siestes d’autrefois. Je me souviens du vaste appartement qu’habitaient mes grands-parents, au premier étage d’un immeuble de pierre qui avait déjà connu plusieurs siècles. Nous dormions dans une grande chambre au plancher brut et aux murs nus. Cette pièce était éclairée par une large baie vitrée ouvrant sur un balcon flanquée d’une sorte de tourelle carrée, dans laquelle on avait aménagé une... [Lire la suite]
Posté par philg à 21:51:43 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

03 juin 2010

les truites

Samedi, c’était magasins. Mon épouse était victime d’une espèce de fièvre dépensière. Le genre de virus difficile à combattre. C’est comme la malaria ou la maladie du sommeil. En plus, s’il y a une de mes filles dans le secteur, le combat est inégal. Je n’ai qu’à m’incliner. Magasins. Lingerie. Vêtements et chaussures pour Elle. Chocolat pour moi. Rien de désagréable en soi. J’aime assez la voir essayer les choses. Mais. Je préférerais profiter de dehors, puisqu’il fait beau. La ville a revêtu ses habits de fête. Alors... [Lire la suite]
Posté par philg à 22:05:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 mars 2010

baptême

On dit qu’avec l’âge on devient sage. On dit qu’on en a vu d’autres. On dit qu’on est stoïque. C’est des conneries, tout ça. Chaque jour qui passe apporte son lot d’émotions et on est parfois désemparé comme un enfant. L’âge n’a rien à y voir. Je ne pense pas être cardiaque. Ça tombe bien. Parce que les émotions. Elles sont plutôt du genre à me submerger. A me donner des coups là où ça suffoque. J’ai cliqué naïvement sur un lien dans ma boîte à lettres, une invitation d’une amie à aller consulter un diaporama.... [Lire la suite]
Posté par philg à 17:48:36 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
04 mars 2010

juin au bunker

Il se souvient d’un soir torride de juin. Il ne sait plus pour quelle raison on avait dansé, mais on avait dansé. On avait dansé dans le bunker. C’est ainsi qu’on appelait l’immense bâtiment où il travaillait. Sans doute à cause de sa laideur. Du moins dans sa partie la plus récente. Car il ne fallait pas oublier que tout cela s’était construit autour d’un hôtel particulier du dix-septième siècle, ce qui conférait à la boîte dans son ensemble un indéniable caractère de noblesse. Il n’avait pas souvenir d’un quelconque... [Lire la suite]
Posté par philg à 18:58:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
24 janvier 2010

rachel

Sur le ciment gris de la passerelle, j’écris ton nom. Rachel. Cette phrase, je l’ai pensée très fort au moment même où, pour la millionième fois, j’allais éviter de marcher sur ton nom, Rachel. Bien entendu je n’ai rien écrit sur cette passerelle. Ce n’est pas moi qui ai tracé d’une main maladroite les six lettres de ton nom d’une couleur verte clinquante et indélébile, en dépit des outrages météorologiques, des lettres d’une bonne trentaine de centimètres, ton nom s’étalant ainsi sur quasiment la largeur de cette... [Lire la suite]
Posté par philg à 13:10:58 - - Commentaires [12] - Permalien [#]