En Ecosse il existe encore de ces célèbres cabines téléphoniques rouges, souvent associées à l’image qu’on se fait de Londres. En fonction de la densité de l’habitat, certaines d’entre elles semblent avoir été posées au milieu de nulle part, telle celle que j’ai photographiée en surplomb du loch Inchard, à l’extrême nord-est du pays. Ces cabines sont-elles encore en fonction, ou bien sont-elles vides à l’instar des rares qu’on rencontre encore en France ? Si elles fonctionnent, permettent-elles une conversation en temps réel, ou les mots errent-ils dans l’espace pour une durée variable, au même titre que le courrier ? J’ignore quel est le délai maximum demandé par la poste pour acheminer le courrier jusqu’en France. Toujours est-il que nous avons quitté l’aéroport d’Edimbourg le 30 juillet, les cartes postales ayant été déposées quelques jours plus tôt dans une boîte ad-hoc, et que ma sœur a reçu la sienne le 30 août. Peut-être que certaines d’entre elles n’ont pas encore atteint leurs destinataires.

DSC_2465