Le mot « blasphème » m’est venu à l’esprit, et le fou rire m’a pris. Ou peu s’en est fallu. Il n’y a pas de quoi rire ? Mais si, on peut rire de tout, même par les temps qui courent. En l’occurrence, j’étais occuper à feuilleter un magazine consacré à la cuisine, et voilà que je tombe sur une illustration représentant une scène de la Nativité. Je me demandais bien ce que cela faisait là, même si on était à la bonne saison. Je me suis alors rendu compte que, dans le berceau, on avait remplacé le petit Jésus par une saucisse de Morteau. Si les temps qui courent ne couraient pas, je n’aurais sans doute même pas remarqué cette image. Il faut croire que, aiguillonné par une actualité navrante, j’avais l’œil aux aguets. En tout cas j’ai pensé qu’il s’agissait là d’un blasphème de bon goût.